Articles avec #ma vie tag

Publié le 5 Août 2018

De son vrai nom Charles M'Bouss, MC Jean Gab'1 est né le 28 janvier 1967 dans le 15ème arrondissement de Paris, de parents camerounais. Charles passe les premières années de sa vie rue de Vaugirard, dans le 15e arrondissement. Sa vie bascule lorsque son père, après un divorce difficilement vécu, abat sa mère ainsi que l'amant de sa mère. Charles se retrouve alors orphelin et est confié à la DDASS à même pas 10 ans dans un village en Savoie. Il revient dans la capitale à 17 ans, dans le but de se faire de l'argent « à sa manière » et ne laisser personne dicter sa conduite ni ses actes. Avec une bande de jeunes sans repères appelée Les Requins Vicieux (ancien gang chasseur de skin), il dépouille les passants et organise un commerce de vêtements grâce auquel il se fait facilement de l'argent. À 18 ans, il est incarcéré quinze mois à Fleury-Mérogis. Entre temps, il s'endurcit aux côtés de José, son compagnon de cellule. Libéré, il tente de se joindre de nouveau aux Requins Vicieux, qui baignent dans des affaires de viols. Charles décide alors de s'envoler pour Berlin, en Allemagne.

Bien qu'ayant baigné dans le milieu du rap depuis le début des années 1980, notamment en tant que danseur, ce n'est qu'à l'âge de 30 ans que MC Jean Gab'1 apparaît pour la première fois sur un disque de rap, poussé par ses amis à tenter cette expérience. Son intérêt pour le cinéma des années 1960 et 1970 l'amène à choisir ce nom de scène en référence à l'acteur français Jean Gabin, le 1 se prononçant comme "in" avec l'accent parisien. Il est tout autant influencé par la musique rock que le mouvement hip-hop. MC Jean Gab'1 se lance pour la première fois dans la musique en 1998 sur la chanson Paranoïa, issue du deuxième album intitulé Liaisons dangereuses de son ami Doc Gynéco, ce dernier lui propose d'y participer. Il se rend alors au studio d'enregistrement où se trouve le Doc, mais aussi Fred Chichin et Catherine Ringer du groupe de pop-rock Rita Mitsouko.tait la meilleure ville d'Europe, je me sentais libre. J'ai jamais retrouvé ça nulle part », explique-t-il. Là-bas, il enchaîne les bagarres et se forme une nouvelle équipe de braqueurs. À la chute du Mur de Berlin, les armes soviétiques sont en vente libre. Charles revient avec son équipe à Paris, armé et avec beaucoup d'argent.

En 2003, il publie son album Ma vie dans lequel il raconte sa vie avant et après ses démêlés judiciaires et pénitentiaires, en 15 chansons. Sa chanson J’t’emmerde, dans laquelle il « balance » le passé de plusieurs rappeurs (comme Booba) et groupes de rap français célèbres, connaît un vif succès du fait de la polémique qu'elle engendre. MC Jean Gab’1 met beaucoup de personnalités du rap français dans le même panier. À la suite de cette chanson, cinq ans plus tard, le 21 juillet 2007, une bagarre éclate entre MC Jean Gab’1 et sept personnes dont les rappeurs Kery James et Rohff. Kery James donnera sa version des faits, et Rohff s'exprimera violemment sur MC Jean Gab’1, et Jo Dalton.

En 2010, il signe un retour remarqué avec son single polémique La Marseillaise, annonçant l’album Seul... Je t’emmerde et la sortie d’une mixtape Hors-série volume 1 qui réunit J’t’emmerde ainsi que des parodies et des titres auparavant éparpillés sur divers projets. Toujours en 2010, il publie le tube CaboucheSeul... Je t'emmerde atteint la 41e place des classements français. La sortie de son troisième album studio, IllGame, est prévue pour octobre 2012. Un premier morceau intitulé J'ai un macchabée dans ma cave, dans lequel il s'en prend aux rappeurs français SefyuRohff et Kery James est disponible sur Internet depuis le printemps 2012. Il annonce parallèlement vouloir par la suite prendre un virage artistique et se lancer dans le rock. Ill Game est publié le 21 novembre 2012.

En mars 2016, il publie un nouveau clip intitulé Renoi, chanson influencée par la musique trap.

Hormis sa carrière musicale, MC Jean Gab’1 est acteur et animateur de télévision. Il apparaît dans le film La Haine et dans Banlieue 13 - Ultimatum, produit par Luc Besson. Il joue le rôle principal du film Black, réalisé par Pierre Laffargue. Il apparait aussi dans le film Seuls Two dans lequel jouent en tête d’affiche Éric et Ramzy. Il interprète le rôle d’un gangster, en compagnie d’Omar Sy, voulant la peau de Curtis, personnage joué par Ramzy. En 2013, il présente l'émission Dans la tête du tueur aux côtés de Clara Morgane sur la chaine Discovery Channel. 

En 2013, il sort un livre d'autofiction, intitulé Sur la tombe de ma mère, aux Éditions Don Quichotte. En 2017, après plusieurs années de procédure judiciaire, un accord est conclu entre la maison d'édition et Julien Gangnet, reconnaissant ce dernier comme co-auteur du livre Sur la tombe de ma mère. Son deuxième roman, À l'est, toujours aux Éditions Don Quichotte, est quant à lui paru le 20 août 2015. MC Jean Gab'1 est, en parallèle, un adepte du street workout (ou « musculation de rue »). En juillet 2014, il apparaît dans une émission sur le sujet de l'émission Tracks d'ARTE. En mai 2013, il participe à la troisième édition du King of Pull and Push, une compétition internationale organisée le 22 juin à Grigny, dans l'Essonne, aux côtés de son équipe Punishment Team. En février 2016, il inaugure un terrain de street workout neuf du 18e arrondissement de Paris.

 

MC Jean Gab'1 - J't'emmerde

MC Jean Gab'1 - Enfant de la ddass

MC Jean Gab'1 - Donjon

MC Jean Gab'1 - Cabouche

MC Jean Gab'1 - La Marseillaise

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Avril 2018

Sté Strausz - le rap c'était mieux avant - logo

 

De son vrai nom Stéphanie Quinol, Sté Strausz est née dans le Val-de-Marne en 1977. Strausz grandit entourée par la musique avec un père DJ (musique antillaise, haïtienne, cubaine et africaine). Elle commence à écrire des textes à l'âge de 13 ans en 1990. Son cousin, David Bordey, décide de la présenter à Sulee du groupe Les Little devant laquelle elle rappe. Sulee décide de la recruter et les premiers enregistrements se déroulent dans un studio vers La Fourche à Paris alors âgée de 15 ans. Son nom d'artiste lui est attribué par Sulee B Wax qui l'a présentée sur scène comme La femme-bonne en (Levi-)Strauss.

Sté Strausz - Sté real  - le rap c'était mieux avant

Issue de la scène hip-hop underground de Vitry-sur-Seine, elle se fait connaître du public en 1994 avec le mini-album Sté Real. Sté Strausz montre sur cet album composé de sept titres qu'elle est une pionnière du G-funk français.

Sté Strausz - Ma génération - le rap c'était mieux avant

L'année suivante, elle apparaît sur le CD de La haine et sur les compilations Génération rap (1995) et Hostile hip hop (1996), chaque fois aux côtés des artistes les plus importants de l'époque (Expression Direkt, Busta Flex, Assassin, Ideal J, Les sages poètes de la rue, La Cliqua, Ärsenik... ). Son premier album, Ma génération, est publié en 1998.

Sté Strause - Fidèle à moi-même - le rap c'était mieux avant

En 2001, elle prend ses distances avec le mouvement hip-hop ; elle prend à cette époque un emploi « normal » d'hôtesse d'accueil et se consacre à l'éducation de sa fille. En 2005, après quatre ans d'absence, elle sort un nouvel album, Fidèle à moi-même. En 2010, elle coécrit l'ouvrage Fly Girls, Histoire(s) du hip-hop féminin en France avec l'écrivain Antoine Dole. L'ouvrage, publié aux éditions Au Diable Vauvert, revient sur les parcours des pionnières du mouvement.

Voir les commentaires

Repost0