Axiom

par Johney Perkins  -  3 Juin 2018, 12:08

De son vrai nom Hicham Kochman, Axiom est né le 19 janvier 1975 à Lille (Nord). Hicham a grandi dans la cité Moulins-Belfort. C’est à l’âge de 13 ans qu’il fait ses premiers essais dans le rap. Très tôt, influencé par la Zulu Nation, il s’oriente vers un rap engagé et humaniste. Il passe sur de petites scènes et fonde son premier groupe appelé Rebel Intellect (rap hardcore, avec notamment le titre Révolution) rebaptisé plus tard Mental Kombat (Kheper, Kaméa, Lord Bitum et DJ Amor) qui donnera naissance à l'album L'arrêt public.

En novembre 1994, il prend position en faveur d'une « laïcité fédératrice », et dénonce celle qui exclut au lieu d'inclure, lorsque des filles voilées sont expulsées du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie et d'une classe du lycée Faidherbe à Lille. Connu pour son activisme en faveur de l'égalité des droits, il monte en 1999 l'Association Kafard en référence à l'insecte, dont il utilise la symbolique pour illustrer la métaphore de pestiféré dans la société française. En 2002, il fait partie de la délégation de défense de Ryad Hamlaoui (un camarade de classe d'Axiom), abattu à bout portant par une brigade canine, dans la banlieue sud de Lille. C'est alors qu'il rencontre le Mouvement de l'immigration et des banlieues (MIB), devenu depuis le FSQP (Forum Social des Quartiers Populaires). Il fait alors la rencontre du sociologue Saïd Bouamama.

En 2003, il monte le label indépendant Kafard Production : Mental Kombat, Juste Cause (devenu le Ministère des Affaires Populaires) et Coup de Pression. Lors des révoltes de banlieues de 2005, il écrit (après Boris Vian et Renaud) Ma lettre au président, composée sur la Marseillaise. Il s’en prend au Ministre de l'Intérieur et à la classe dirigeante en général, et reprend le thème de l’appel à une Sixième République. Il reçoit des milliers de lettres venues du monde entier, et une réponse du président Jacques Chirac.

En 2006, Axiom enregistre son premier album solo et confie les éditions de ses titres à WTPL Music, et signe chez U.L.M (Groupe Universal). Fin 2006, il publie un recueil regroupant les écrits publiés sur son blog et permet à son public de télécharger gratuitement un street-album sur son site officiel. Après deux ans chez Universal, il s'associe avec Luc Besson sur plusieurs projets. Il enchaîne la bande originale du film Banlieue 13 Ultimatum produit par Luc Besson, avec notamment, le titre phare La tour des miracles. Il a collaboré avec Besson sur d'autres projets comme le Festival Cannes et Banlieues (2007), le Festival Art et Banlieue (2008).

En 2009, Axiom enregistre le titre Norside, organisation de lutte de droits civiques. On lui doit l'expression Norside pour qualifier le Nord de la France. Dans le cadre de l’action nationale du collectif Stop le Contrôle au Faciès, il participe au mois de novembre 2011, avec d’autres artistes (comme Doudou Masta, La Fouine, Sexion d’Assaut, Oxmo Puccino, Sefyu ou encore Lilian Thuram) à la web-série « Mon premier contrôle d’identité », qui met en lumière d’une façon originale et décalée, une étude du CNRS affirmant que les contrôles d’identité abusifs sont subis prioritairement par ceux qui sont perçus comme « jeunes » (11 fois plus), « noirs » (6 fois plus que les « blancs ») ou « arabes » (8 fois plus).

En 2011, il publie l'album Axiom a.k.a Hicham, coproduit par EuropaCorp (société de Luc Besson) et Kafard Production, et distribué par Sony Music. Il y développe le concept qu'il baptise Bledkick, mélange de rythmes urbains et ethniques (rap et oriental notamment). Textes engagés et racines berbères marocaines, l'album oscille entre pop, hip-hop et musique du monde avec des titres concept comme La souris, La tour des miracles, ou encore Bagdad en duo avec Tina Arena. En octobre 2011, Axiom est sélectionné pour participer au programme International Visitor Leadership Program ; invité du gouvernement fédéral des États-Unis, il visite le pays en tant qu'observateur international. Après la présidentielle de 2011, il signe avec d'autres personnalités, comme Bruno Laforestrie (président de Hip Hop Citoyens), Guillaume Ayné (directeur général SOS Racisme), Jean-Claude Tchikaya (porte-parole de Devoir de Mémoire) ou encore Charles Morel (avocat), un appel au renouvellement générationnel en politique.

Le 8 mars 2012, son essai politique J’ai un rêve, est publié aux éditions Denoël. Axiom y défend l'idée que la lutte des quartiers populaires en France est une lutte de droits civiques à l'image de celle des Afro-Américains aux États-Unis. Il y dénonce le recours permanent au rapport de forces qui prévaut en France. « Ce dont les banlieues françaises ont besoin aujourd’hui, ce n’est pas de s’indigner mais de se prendre en main afin de lutter » pour leurs droits civiques.

Le 4 octobre 2014, après dix ans de gestation, le Centre Euro-régional des Cultures Urbaines (CECU) plus connu sous le nom de Maison du hip-hop, puis baptisé le Flow est inauguré en présence d’Axiom son fondateur et de Martine Aubry, dans le quartier de Moulins (où Axiom a grandi). Axiom avait 17 ans lorsqu’il l’a imaginé. C’est sa rencontre avec Martine Aubry qui marque le démarrage de ce projet. Les 3,000 m2 se répartissent sur 5 niveaux, avec notamment une salle de diffusion de 200 places assises (700 debout), deux plateaux (150 et 40 m2) et des studios de danse, des loges et un toit terrasse pour les graffeurs. Une nouvelle adresse à Lille, dans le quartier populaire de Moulins, où Axiom a grandi, une maison du hip-hop, dont il espère que la direction saura rester au plus près des jeunes artistes dans le cadre des valeurs du Hip Hop.

 

Axiom - Lille Ma Medina

Axiom - Axiom

Axiom - J'kiffe le rap français

Axiom - La lettre

Axiom - Bagdad

Axiom - Axiom A.K.A Hicham

Axiom - Norside

Axiom - Ludo

Axiom - 100 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :