Kery James

par Johney Perkins  -  13 Mai 2018, 08:01  -  #Kery James, #94, #Orly, #Mafia k'1 fry, #Ideal Junior, #Ideal J, #Daddy Kery, #Kery B, #Mouhammad Alix, #Si c'était à refaire, #Ma vérité, #A l'ombre du show bizness, #Réel, #Dernier MC, #J'rap encore, #Banlieusard

De son nom d'état civil Alix Mathurin, Kery James est né le 28 décembre 1977, aux Abymes, (Guadeloupe), de parents haïtiens. Il passe sept années sur son île natale avec sa mère. Aux yeux de son père, la métropole semble offrir plus d’opportunités d’avenir, il décide alors d’y envoyer le jeune Alix et sa sœur. Les deux jeunes sont en pension dès . Leur mère finit par les récupérer quelque temps plus tard, et Alix découvre alors son nouveau logement : une pièce de trente mètres carrés située dans un pavillon d'Orly (Val-de-Marne). Alix s'adapte difficilement à cette nouvelle vie ; en commençant à fréquenter la rue, il y découvre le hip-hop, style musical alors récent.

La musique, et surtout le hip-hop, prend vite une place importante dans la vie d'Alix. À onze ans, il présente son premier texte, sur le racisme, au rappeur Manu Key (Different teep) qui l’encourage à continuer. Intéressé par l’écriture et la danse, il se fait remarquer par MC Solaar lors d’un atelier d’écriture organisé à la MJC d'Orly. La même année, MC Solaar le fait enregistrer sur son premier album, Qui sème le vent récolte le tempo, publié en 1991, sous le nom de Kery B (morceau Ragga jam).

Vers l'âge de 13 ans, il fonde avec trois de ses amis, le rappeur Harry et les danseurs Teddy et Selim (devenus respectivement Jessy Money, Teddy Corona et Selim du 9.4 au sein du collectif Mafia K’1 Fry), le groupe Ideal Junior. Ce groupe est appelé ainsi en référence à leur jeune âge. Dès 1991, la formation monte sur scène lors de petits festivals organisés par la mairie, et publie en 1992 le maxi La vie est brutale dans lequel Kery James y parle de ghetto, de racisme, et d'injustice. La même année, DJ Mehdi rejoint le groupe et c'est lui qui compose désormais toutes les parties instrumentales. En 1993, Jessy Money et Selim du 9.4 quittent le groupe. Cette même année, la jeune formation connaît des problèmes : les rappeurs se fâchent avec leur producteur, à cause duquel la sortie de leur premier album se retrouve bloquée pendant trois ans. Le groupe, renommé Ideal J à l'occasion, sort donc Original MC sur une nouvelle mission en 1996, mais c'est avec l’album Le combat continue et, notamment, le titre Hardcore, en 1998, qu'il connaît le succès. Les textes du groupe, parfois très virulents, ne passent pas inaperçus, même en dehors du milieu du rap.

À la suite de l’assassinat d’un de ses amis d’enfance, Kery James décide d’abandonner la musique et de se convertir à l'Islam. Il prend alors le prénom Ali. Convaincu par ses proches de ne pas renoncer à sa carrière musicale, il revient avec un discours radicalement changé. Investi dans la pratique et l’étude de la religion musulmane, les textes de son premier album solo Si c'était à refaire, publié en , en sont librement inspirées. Ainsi, il avoue de son propre chef son attachement à se situer à contre-courant des idées véhiculées par le rap français, très à charge vis-à-vis d'un État responsable de la situation dans les ZUP : « Le courant majoritaire consiste à n’accuser que l’État uniquement, sans jamais se remettre en question. Moi, je vais à contre-courant. » Cet album bénéficie de nombreuses collaborations avec notamment Les Nubians et Salif Keita. Les textes de rap se mêlent à des influences musicales africaines, arabes et cubaines. Il chante ses racines haïtiennes mais, aussi, les problèmes de société comme l'argent, la violence et les valeurs morales. Dans cet album, aucun instrument à vent ou à cordes n'est présent. Il y privilégie l’emploi de percussions et d'instruments originaux pour ce style de musique comme le xylophone. Kery James semble avoir changé et ses paroles, s’en ressentent : les accès de violence et de rébellion prônés par Ideal J font place à une réflexion et à un message plus construit. Le rappeur repenti est même accueilli assez favorablement par la presse. Si c'était à Refaire est si bien reçu par le public et la critique, qu'il devient disque d'or (100 000 exemplaires vendus) en quelques semaines. « Kery James » est inscrit en lettres rouges sur le fronton de l’Olympia, en , et, après avoir foulé la mythique scène, le rappeur clôt le plus grand rassemblement de rap et RnB jamais organisé en France : Urban Peace au Stade de France, le . Cependant, ses choix et ses prises de positions artistiques dérangent sa maison de disques qui décide, malgré son succès, de ne pas le suivre sur son nouveau projet discographique.

En 2003, il apparaît dans le DVD documentaire Si tu roules avec la Mafia K’1 Fry, dans lequel il apporte son témoignage. Il réalise un projet, Savoir et vivre ensemble, pour lequel il réunit rappeurs, chanteurs et sportifs, qui prône l'unité dans le contexte de l'après 11 septembre 2001.

En 2005, Kery James se marie avec une femme prénommée Ayna, avec qui il aura une fille en 2010. En 2005, après sa participation à la compilation Illicite projet, avec son titre Je ne crois plus en l'illicite, publie son deuxième album solo, Ma vérité, qui comprend quatorze titres, dont J'aurais pu dire, Les miens ou encore Hardcore (2005), avec la participation de Iron Sy. Il y prend position contre la guerre en Irak et sur la téléréalité. Profondément marqué par les vagues d’attentats causées par des terroristes se réclamant de courants religieux musulmans, Kery James cherche, à travers Ma vérité, à rétablir l’image qu’il a de sa religion. Une partie des bénéfices de cet album est consacré à la construction de lieux dans lesquels sera dispensé un enseignement religieux débarrassé d’extrémisme, ou encore à des organismes d’aide sociale tels que Combattre et Vivre son handicap (Gennevilliers), lié au réseau Handisport. Cet album connaît un succès mitigé, qui déçoit les attentes de Kery James. À la suite de cet échec commercial et de la difficulté de trouver un label voulant le distribuer, notamment du fait de ses paroles jugées dérangeantes, Kery James envisage de mettre terme à sa carrière. Il évoque cette difficulté dans son titre Dernier MC en 2012. Kery James s'engage pour l'émancipation et la réussite des jeunes des quartiers populaires. Le morceau phare de cet engagement est Banlieusards, dans lequel il déclare en parlant des jeunes de quartier « On n'est pas condamnés à l'échec ». C'est dans cette optique qu'il crée en 2007 l'ACES (Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir), association qui propose du soutien scolaire aux enfants défavorisés. Kery James se déclare plus comme un sympathisant de gauche, même s'il ne se sent pas politiquement engagé.

Le , accompagné de quelques amis, dont le rappeur Rohff, il rencontre, Porte de Vincennes, à Paris, MC Jean Gab'1 où s'ensuit une violente altercation. Chacun exprimera sa version des faits par des vidéos diffusées sur internet. Après avoir quitté la Mafia K'1 Fry, tout en participant au morceau Nuage de fumée Part II, sur l'album La Cerise sur le ghetto, il revient dans le collectif et participe à l'album Jusqu'à la mort.

L'enjeu pour Kery James après l'échec de Ma vérité est de renouer avec le succès de ses précédents albums. Il s'entoure dans cette optique de Tefa et Masta de Kilomaître pour son troisième album, À l'ombre du show business. Il atteint son objectif : l'album, publié le est propulsé, dès la première semaine, à la troisième place des classements français, grâce, notamment, aux titres Le combat continue Part III, À l'ombre du show business (en duo avec Charles Aznavour), Banlieusards et Je m'écris (en trio avec Zaho et Grand Corps Malade). L'album, certifié disque d'or puis disque de platine, suscite des critiques pas toujours positives, visant à stigmatiser le prétendu virage artistique pris par Kery. En , Kery James publie le titre X et Y, avec un clip déconseillé aux moins de 18 ans, réalisé par Mathieu Kassovitz. Ce titre a la particularité d'avoir une narration chronologiquement inversée, à l'instar du film Irréversible. Il enchaîne avec le titre et clip Pleure en silence, inspiré du film Pleure en silence de John Gabriel Biggs.

Un an après À l’ombre du show business, le , Kery James publie son quatrième album, Réel, contenant les titres Le retour du rap français, Je représente, Lettre à mon public et Le prix de la vérité (feat Medine). L'album se classe premier des classements avec 23 000 exemplaires vendus la première semaine, et il devient disque de platine en un mois. Il fait participer Le Rat Luciano et Admiral T. Dans cet album, Kery James compose un morceau (Lettre à mon public) où il annonce une pause qui va durer deux ou trois ans. Le , il donne un concert au Zénith de Paris, avec de nombreux invités (Diam's, Kool Shen, Tunisiano, Oxmo Puccino, Youssoupha, Kayna Samet, Mafia K'1 Fry…) ; le dernier avant de se retirer du rap français pour une grande période. Kery James est de plus engagé en faveur de la Palestine. Après un voyage en Palestine, il compose en 2009 un morceau de soutien à la cause palestinienne, Avec le cœur et la raison, sur l'album Réel. Il participe bénévolement, le , à un concert célébrant le premier anniversaire de la libération du franco-palestinien Salah Hamouri, proposé par son comité national de soutien et organisé par les jeunes communistes. Le 27 avril 2009, Kery James, donne une interview sur Générations 88.2 où il évoque son contentieux financier avec le rappeur Black V-Ner, après avoir participé à un morceau commun, Foolek, sur l'album À l'ombre du show business. Black V-Ner avait traité Kery James « d'escroc, de fils de pute et de ragondin », dans une vidéo publiée sur un site spécialisé. Black V-Ner décide de se rendre au studio de la radio. S'ensuivra une altercation où Kery James et ses gardes du corps l'ont frappé, armés de poings américains. Ils sont condamnés par le tribunal correctionnel à dix mois de prison avec sursis, le parquet requérant une peine ferme de huit à douze mois.

Kery James annonce en juin 2009 son départ de la France et de la scène du rap français pendant une durée de deux à trois ans. Pendant cette absence, à la suite du séisme survenu à Haïti (2010), il fonde le groupe Espoirs pour Haïti, et est à l'origine du titre Désolé, qu'il a écrit. Il organise également un concert piano/voix, accompagné de S Petit Nico, pour venir en aide à la population haïtienne qui se tient le au Bataclan. L'intégralité des fonds collectés est reversée à la population haïtienne.

Son retour est annoncé, le , par un teaser vidéo nommé 92.2012 et une collaboration avec Youssoupha, sur la chanson La vie est belle. Deux mois plus tard, il publie un nouveau single, intitulé Lettre à la République, qui est vu plus de quatorze millions de fois sur YouTube, et qui se classe numéro un des ventes ITunes dès sa sortie. En avril 2012, un CD/DVD s'intitulant 92.2012, sort dans les bacs, retraçant les vingt ans de carrière de l'artiste, ainsi que son évolution personnelle. Son nouvel album est programmé pour le 13 mai 2013. Le 9 novembre 2012, Kery James présente son nouveau clip Dernier MC. En septembre 2013, il chante Banlieusards aux Jeux de la Francophonie à Nice, que Christian Estrosi, député et maire de Nice, et Éric Ciotti, président du conseil général des Alpes-Maritimes, qualifient de « scandaleuse et inappropriée incitant à la révolution des banlieues ».

En janvier 2016, son nouveau morceau Vivre ou mourir ensemble, écrit après les attentats du 13 novembre 2015 dénonce la « bêtise humaine » et les problèmes de la société française. Début juillet 2016, il sort un nouveau morceau, Racailles, extrait de l'album Mouhammad Alix et qui traite de l'hypocrisie gouvernementale. Début 2017, il s'essaye à l'écriture théâtrale en proposant À vif, un spectacle présenté pour la première fois au Théâtre du Rond-Point. La pièce prend la forme d'une joute verbale entre deux avocats (joués par Kery James lui-même et Yannik Landrein) s'opposant sur la responsabilité de la situation des banlieues.

En 2018, Kery revient dans les bacs avec l'album J'rap encore. Il commence a écrire le scénario du film Banlieusard qu'il réalise avec Leïla Sy ; le film sera diffusé sur Netflix, fin 2019. 

Kery James - Clip Deux Issues

Kery James - Mouhammad Alix

Kery James ft Charles Aznavour - A l'ombre du show bizness

Kery James - La Rue ça fait mal

Kery James feat. Imany - Le Mystère Féminin

Kery James - Lettre à la République

Kery James - 94 C'est Le Barça

Kery James - Le combat continue part 3

Kery James - Banlieusards

Kery James - A l'ombre du show business

Kery James - Racailles

Kery James - Thug Life

Kery James - Lettre à mon public

Kery James - Post Scriptum

Kery James - Je représente

Kery James feat. LFDV - Des Mots

Kery James feat. Corneille - A L'Horizon

Kery James - Clip Y'a pas de couleur

Kery James - Pleure en silence

Kery James - N'importe quoi

Kery James - Constat Amer

Kery James feat. Niro - Y'a rien

Kery James feat. Bakar - Clip N'incite pas

Kery James & Bene- L'impasse

Kery James - J'rap encore

Kery James - Amal

Kery James - À la Idéal J

Kery James - Sans moi

Kery James featuring Orelsan - À qui la faute ?

Kery James featuring Youssoupha - Les yeux mouillés

Kery James featuring Lacrim - Tuer un homme

Kery James - Rester en vie

Kery James featuring Soprano - Challenger

Kery James - Le mélancolique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

SPECIMEN 13/09/2020 13:34

EXTRAORDINAIRE

Johney Perkins 13/09/2020 16:20

Kery maîtrise le game et se diversifie en passant derrière la caméra