Publié le 14 Juin 2018

De son vrai nom Fabrice Delvin, Fdy Phenomen est né le 12 août 1977 à Rouen (Seine-maritime). Il grandi entre la Martinique et la banlieue parisienne. A l’origine membre des Rimeurs à Gage (avec JM Dee, Fouta Barge, Moci et Disiz la Peste), Fdy Phenomen part en solo lorsque le groupe se disloque. Il écume compilations Homecore, Première Classe 1 & 2, BOSS, Mission Suicide, L’univers des lascars, Hexagone 2001, Yamakasi), featurings (« Black Mama » de Lady Laistee, « Hier, aujourd’hui, demain » de 3ème Œil) et mixtapes (notamment celles de Poska, Kost, James, Smoke ou Rimsland). De son côté, il prend le temps de sortir ses propres maxis (Tous du même sexe / Pourquoi je prends le mic, 0 x 0 = 1 / Problème cardiaque, Ma logik / J’gagne tant que j’respire), apportant à chaque fois une touche personnelle, à défaut d’être unanimement appréciée. Il se fait connaitre pour son flow nonchalant et ses images choc début des années 2000.

Signé chez Secteur Ä Miziks en 2002, il y sort son premier album, Ça d’vait arriver. John Boya, responsable de la majeure partie des instrus, semble avoir privilégié les boucles simple tout au long de cet album. Mais le son est assez froid et laisse entrevoir trop distinctement la volonté qui a accompagné la construction de chaque morceau. En dépit des trois perles distillées par Ol’Tenzano (‘Ghett’ Set’, ‘Interlude respect’ et ‘Blacko mobil’), l’album pêche par un manque de profondeur musicale et d’adéquation au flow de Fdy. Cela s’avère doublement nuisant puisque les textes qui, loin d’être subtilement mis en avant par un soutien solide, passent trop rapidement à la trappe. Et c’est d’ailleurs d’autant plus regrettable lorsqu’on aperçoit, par bribes, le potentiel de Fdy. Ainsi, ‘Trop près’ constitue une excellente surprise. Sur des sonorités douces, Fdy entame une complainte humble, brièvement accompagné au refrain par une chorale discrète, pour décrire un avenir perdu d’avance. De même, ‘Interlude respect’ en dit long sur l’engagement de Fdy et l’importance qu’il attache aux racines et au devoir de mémoire. Au lieu de façonner un hit sur la meilleure instru de l’album, il l’utilise en se contentant de mettre en scène une série de mises à mort : « Présenteeeez armes ! Ibrahim… Feu ! Ousman… Feu ! Amadou… Feu ! Makomé… Feu ! Fela… Feu ! » , dans lesquelles on reconnaîtra Ibrahim Ali, Amadou Diallo, Omar « Ousman » Rabeh, Makomé M’Bowole et Fela Kuti. Or, cette dernière exécution est un hommage aux épreuves subies par Fela Kuti, le chanteur nigérian méconnu du public européen. Malheureusement, loin de faire honneur à cet icone, Fdy ne convainc pas sur les autres titres. Pour un artiste considérant la revendication comme indissociable de sa musique, le discours peine à atteindre son but, du fait d’une trop grande dispersion, et laisse une légère impression de superficialité. Certaines phases atteignent leur but (« Ici, tout le monde a dit qu’il paierait la baraque à sa mère », « On fait des gosses sans croire à l’avenir, c’est ça l’génocide, à dire vrai », « Longtemps qu’on en parle, longtemps qu’on en perd : l’argent. Toujours, les noirs parlent de maille, personne s’en tire largement, donc autant faire c’qu’on a dit maintenant… Pourquoi baver sur l’autre salement ?« ) mais elles sont noyées dans un océan d’enchaînements difficiles à suivre. De plus, sur son album, Fdy, comme son ex-acolyte Disiz, multiplie les invitations d’artistes reconnus ou controversés pour son premier album. Mais les combinaisons ne fonctionnent pas. Côté rap, Joey Starr et Lino sortent des couplets à la hauteur de leurs prestations récentes, c’est-à-dire décevants. Ensuite, Gab’1, pourtant réputé pour ses featurings de choc, n’intervient que sur un refrain. Enfin, Crise en thème, groupe antillais du génial collectif Red Zone, affiche une prestation en dessous de leur précédentes apparitions. Côté ragga, Neg’Marrons gâchent un morceau tandis que Djama Keita sauve l’honneur. Dès lors, il est difficile de parler de réussite, en dépit de la présence de quelques passages remarquables. Fdy a le mérite d’apposer un style personnel tout au long de l’album. Ca d’vait arriver comporte des raisons d’y revenir après plusieurs écoutes, malgré son inégalité. Mais ceux qui avaient été époustouflé par le maxi 0 x 0 = 1 et s’attendaient donc à un album imparable risquent d’être déçus.


Après 2 ans de tournée en France et à l'étranger, puis la sortie de sa mixtape "Le Charcutier" en 2006 avec des collègues comme Tandem ou Maj Trafyk, Fdy prend un temps pour sa famille, suite au déclin du label Secteur Ä.
C'est alors qu' il recroisera la route d' Eben, qu'il avait connu à l'époque de "Mission Suicide" (avec Lino et Sinik), qui produira l'essentiel de son second album "Qui peut tuer la rage d'un assassin?" édité chez Sony et Couleurs Music Publishing en 2011. Le titre de ce second opus résonne comme un appel à l'aide et une envie de tuer (musicalement).
L'étonnante collaboration avec Medhy Custos "Comme je suis" remet Fdy sur les planches du Zénith de Paris et du Bataclan. Dans la foulée, il est invité sur l'album de Joey Starr, ainsi que sur la tournée "Egomaniac Tour", pour une quinzaine de dates en France et en Europe en 2012. Cette tournée motive Fdy et DJ Phaxx à sortir la mixtape "The Prequel", regroupant freestyles et inédits, nés entre les concerts. Le projet sortira en digital et en physique fin 2013.
La machine relancée Fdy Phenomen finalise son prochain album "Le Phenoméniste" prévu pour le premier trimestre 2015 et en a même profité pour enregistrer un projet avec TIWONY entre rap, reggae et autres sonorités inattendues.
"Le Phenoméniste" est l'occasion pour FDY de montrer toute l'étendue de son talent aux avertis et aux plus sceptiques ; flows inhabituels, sonorités indédites, authenticité et musicalité de ses rimes choc, pour raconter les paradoxes de nos vies.
Le discours est vivant et positif mais surtout "Phenoméniste"

Il a notamment pu faire usage de ses talents lors de la réalisation de la B.O. de « Cannabis », une série de Arte, en 2016. Après la sortie de son Single « Nécessaire« , le rappeur revient nous exposer sa fameuse aisance au mic dans le clip de « Rien de Vous » réalisé par Welldone. Il annonce un retour bien préparé et surement accompagné de nouveaux morceaux et nouveaux clips, pour la sortie du EP « Flamboyant » prévu en 2018.

 

Fdy Phenomen - Trop Près

Fdy Phenomen feat Medhy - Comme je suis

Fdy Phenomen - Viens pas me compliquer

Fdy Phenomen feat Singuila - Illusion

Fdy Phenomen - Nécessaire

Fdy Phenomen - Rien de vous

Voir les commentaires

Publié le 13 Juin 2018

De son vrai nom Yassine Sekkoumi, Ali (Africain Lié à l'Islam) est né en 1975 à Paris de parents originaires de Nador (Maroc). Il grandit à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Sous le nom de Daddy Ali, Yassine commença à rapper à l'adolescence puis rencontre Booba par le biais d'Aarafat (c'est à l'initiative d'Ali, que Lunatic sera formé, en 1994) et se rapproche de La Cliqua alors très proche des Sages Poètes de la rue. Des conflits internes se créent et le duo revient à Boulogne et intègre le Beat De Boul en compagnie des Sages Poètes de la rue, Mo'vez Lang, Malekal Morte, Sir Doum's & La Gonz Viv. Ils passent leurs soirées à freestyler et enregistrent un album en 1995 nommé Sortis de l'Ombre qui ne verra jamais le jour à cause de divergences avec Zoxea, producteur de l'album. Le conflit s'envenime et les deux acolytes quittent le Beat De Boul pour Time Bomb : Oxmo Puccino, Les X a.k.a les X-Men, Hifi, Pit Baccardi, Jedi, etc. Ils participent à divers morceaux comme Le guidon et Time Bomb explose et se retrouvent sur la compile Hostile Hip Hop en 1996 et y placent le Le crime paie.

Le groupe participe ensuite à une autre compilation rap français : L 432 avec le morceau Les vrais savent. Booba est ensuite incarcéré et Ali fait une apparition en solo sur la mixtape Opération coup de poing. Une fois Booba libéré, le duo fonde le label 45 Scientific (avec Geraldo et Jean-Pierre Seck) et sort le maxi Civilisé qui servira à annoncer la sortie de l'album Mauvais œil qui verra le jour en octobre 2000 après le refus de plusieurs majors. L'album se vendra à plus de 100 000 exemplaires (certifié disque d'or le deuxième pour un album indépendant en rap français) et rencontrera également un succès critique, au point d'être considéré comme un classique du rap français. Sur cette lancée, Booba sort Temps mort en janvier 2002 et Ali y fait une apparition sur le morceau Strass et paillettes. Booba, en raison de conflits internes, quitte ensuite le label et l'histoire de Lunatic s'achève en 2003. Au même moment, Ali quitte le 92i, collectif dont lui, Booba et le groupe de hip-hop Malekal Morte étaient membres depuis 1999.

Ali participe à l'album d'Hifi sur le morceau Le Code de la rue, puis à la compilation Sang d'encre haut débit réalisée par Jean Pierre Seck avec le morceau Lamentations en compagnie de Keydj dont le clip sera tourné en Palestine. Ali y fera référence dans son album Chaos et Harmonie et plus particulièrement dans le morceau La vérité reste la vérité. Ali publie donc son premier album solo en mai 2005. L'album atteint la 14e place des classements français et sera bien accueilli par la critique, bien que certains reprochèrent à l'album certains featurings et l'aspect « monotone » de l'album. L'un des morceaux, Golden Boy, provoquera une légère polémique, certains pensant qu'il s'agit d'un clash dirigé contre Booba. Ce dernier n'en tiendra pas rigueur et Ali affirmera qu'il ne s'agit pas d'un clash. Un an avant la sortie de son premier album, Ali a rencontré Yasser Arafat lors d'un voyage en Palestine. Il ira plus tard soutenir Arafat lorsque ce dernier sera hospitalisé à Clamart.

Il se fait rare mais participe néanmoins à l'album du collectif Beni Snassen avec un morceau solo et un featuring avec Abd al Malik en 2008. Ali publie fin 2010 son deuxième album solo, intitulé Le rassemblement, suite logique de Chaos et harmonie sur lequel apparaissent Suspects et Hifi. Les critiques sont plus mitigées. Booba rend hommage à Ali dans le morceau Lunatic, issu de l'album du même nom sorti en 2011, où il déclare A.L.I tu as toute ma reconnaissance.

En 2014, Ali apparaît dans l'album solo d'R.E.D.K. (Carpe DiemChant de vision, dans le morceau Murderer. Au début de 2015, il publie son troisième album, Que la paix soit sur vous. À défaut d'un succès notable au niveau commercial, l'album sera chaleureusement accueilli par la critique. En 2017, Ali participe à l'album du Gued Mussolini, intitulé C.O.U.Z..

Ali vit aujourd'hui à Jakarta, en Indonésie, avec sa femme et ses enfants.

 

Ali et Kedj - Les Lamentations

Ali - Langage venimeux

Ali - Soleil Levant

Ali - Tsunami

Ali - Suprême mélodie

Ali - Le souffle

Ali - Rappel à l'ordre

Ali - Génération Scarface

Ali - Observe

Ali - Tolérance zéro

Ali - Art

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 13 Juin 2018

Destroy Man et Jhonygo (Pierre Letin) est l'un des premiers groupe de rap à rapper en français au début des années 80. Jhonygo a commencé légèrement avant Destroy Man a rapper à la Grange aux belles durant les après-midi organisées par Dj Chabin. Destroy Man était alors en charge de la sécurité à l'entrée, lors d'une session open mic, il prend le micro pour rapper au côté de Jhonygo. Dans le années 80, il y a de grandes rivalités entres les jeunes banlieusards et les skinhead ; Destroy Man et Jhonygo font partis des Black Panthers.

Le groupe prend simplement le nom des deux membres qui le composent. Au milieu des années 80, le groupe participe à beaucoup de scènes (Chateauvallon, fête de l'Huma,...) et émissions de radio (Radio Nova). Le groupe sort son premier EP Égoïste en 1987 puis un second J'en ai assez, l'année suivante.

Par la suite, Destroy Man et Jhonygo entameront des carrières solos. Destroy Man sort l'album Nouvelle classe en 1992. De son côté Jhonygo sort quelques EP (Personne, Donne le maximum et Toutes les filles), avant de sortir son premier album Réalités en 1993.

 

Destroy Man - Début d'une sale histoire

Destroy Man - Edith

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Juin 2018

Zesau est né le à Paris. Son nom de scène s'inspire de Keyser Söze, d'ascendance martiniquaise, Zesau a grandi au quartier des Malassis à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Il commence à rapper en 93/94 et forme avec Nessbeal et Koryas le groupe Dicidens en 1996. Signés sur le label indépendant Magma qui est ensuite devenu Paire d’as, ils réunissent leurs forces dans l'optique de faire un album épaulés par l'équipe du 45 Scientific. Souvent comparés à Lunatic, Booba disait d'eux : « Déconseillé aux gens dit sensibles, voyou tu peux cé-dan sur mon son ou celui des Dicidens » dans Animals en featuring avec LIM et Moussa sur son premier album solo Temps mort. À noter également que Zesau a composé l'instrumentale de Sans ratures sur ce même album.

Leur single en commun, De larmes et de sang, publié en 2000 sur maxi vinyle est en revanche l'un des derniers titres enregistré par Lunatic en tant que groupe. HLM Rezidants, publié en 2004, compte approximativement 15 000 exemplaires vendus, et est classé 78ème pendant trois semaines consécutives. Il se retrouve désormais en vente comme article de collection sur certains sites. Selon le magazine Radikal, il s'agit du « dernier choc rapologique de l'année 2004. » Le 14 mai 2012, l'album est réédité par Musicast.

En 2005, il fonde son propre label discographique, Bad-Game Musik, et publie, le , son premier projet, un street album de 27 chansons baptisé Bad-Musik sur lequel il fait notamment participer Rim'K, Aketo, Brasco, Rohff, Sefyu, Dry, et Seth Gueko. C'est « pour le plaisir » qu'il assure l'avoir sorti autant que pour « récapituler son parcours » et « montrer qu'il n'est pas un débutant » explique-il dans Rap Mag. « Un album pour les amateurs de lyrics criminogènes, de rimes de jeunes insoumis, de récits hardcore et de délinquante musik », selon R.A.P.R&B. Magazine.

Trois ans plus tard, presque jour pour jour, c'est avec une mixtape qu'il revient au devant de la scène : Drive By Musikk, 32 inédits, qu'il défend notamment sur scène lors d'un grand concert à l'Élysée Montmartre aux côtés d'autres MCs de la tendance à cette période comme Alibi Montana, Alonzo, et Canardo. Sortie uniquement en téléchargement légal, Drive By Musikk sert à faire « monter le buzz » avant de passer à « l’étape supérieure », avec la sortie de son premier album solo.

Après cinq ans de préparation, plus calculé et « conçu comme un film », le double album Frères d'armes est finalement publié le . Il fait notamment participer Le Rat Luciano, Rim'K, Despo Rutti, Seth Gueko, et Dicidens. Au moment de la sortie, il dévoile au public « les pépites qu'il renferme » et l'ensemble des extraits de l'album totalisent en 2014 plus d'un million de vues sur YouTube, le premier single Maximal, en featuring avec Nessbeal, atteint à lui seul 740 000 vues en 2014. Ce projet aura notamment eu le mérite de se voir attribuer le titre d'« album rap de rue de l'année » par le magazine spécialisé StriclyHipHopMag.

Le une vidéo est mise en ligne sur le site Daymolition, annonçant la préparation d'un projet inédit. Zesau entreprend de réunir les rappeurs qu'il a écouté étant plus jeune pour réenregistrer avec eux des classiques du Rap français. Ce projet réunis notamment Rim'K et AP du 113, Abuz, Lords of the Underground, MC Eiht (Menace to Society), Driver, Daddy Lord C, Tepa (Les Spécialistes), Different Teep, Chrysto (Démocrates D).

En 2012, Zesau récidive avec un nouvel album-concept intitulé Dirty Zoo prévu au mois de juin, mais reporté au , à la suite d'aléas du travail en indépendant. Une fuite sur Internet 3 mois avant la sortie officielle est également à déplorer. Le 6 juin 2012, Booska-P déclare que « c'est 18 titres qui sentent bon le zoo pour te préparer pour l'été » à l'annonce du tracklisting ; deux jours plus tard, les auditeurs de Skyrock découvrent en exclusivité des couplets de l'album lors de l'émission Planète Rap de Rim'K. Le même jour, le premier single intitulé Bénef est publié. L'ensemble des extraits en streaming totalisent plusieurs millions de vues. Le son nouveau clip J'fais mon job est publié sur Trace TV (Urban) avec la mention « Vidéo of the Day ».

Le Zesau annonce l'arrivée d'un nouvel album. Le les auditeurs de Skyrock ont pu découvrir en exclusivité des couplets de l'album lors de l'émission Planète Rap de Leck. Dans une interview du mois de mars sur TupakTV il explique avoir déjà enregistré plusieurs morceaux mais il préfère prendre le temps «d'affuter sa lame» et de sortir un projet que «ni lui, ni personne aura fait». Initialement prévu pour décembre 2013 et après plusieurs reports il sortira finalement l'EP En attendant DMZ pour faire patienter ses fans. La date de sortie définitive est annoncée pour le et l'album fera participer Nessbeal du groupe Dicidens, Niro, Docteur Beriz (Wati B) et Kolonel94. Enemy, La traque et Delbor sont les premiers extraits déjà disponibles.

À la suite de reports successifs de son album Deuxmillezoo (20ZO), Zesau publie finalement un EP de neuf titres, le . Le clip Delbor Remix feat. Rim'K, Despo Rutti, Sadek et Haks sortira le même jour. Booska-p qualifiera cette combinaison d'«explosive» à l'annonce du tracklisting déclarant également qu'« En attendant #DMZ, Zesau va faire du sale !». À noter la présence d'un remix de la chanson She Wolf (Falling to Pieces) de David Guetta sur le morceau La traque.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Juin 2018

De son vrai nom Bruno Mastriana, Sheek est né en 1970. Sheek découvre le rap en 1980. En 1984, il pose son premier graffiti. Il rentre en 1985 dans le crew The Crime Gang (TCG), composé alors de Kaze, Reen, Ekinox, et Dozer.

En 1984, il découvre le human beatbox. L'année d'après, il fera son premier beatbox sur scène, pour soutenir une improvisation de Destroy Man et Jhony Go. Il rappe sur scène pour la première fois en 1986, dans le groupe RéALITé (composé de Sheek, Noël, Richy et DJ Jo), groupe qui sera refondu en Nec + Ultra avec le départ de DJ Jo qui composera les premières instrus d'Assassin. Dans The Zulu Letter (premier fanzine hip-hop), il est nommé par vote meilleur human beatbox, en 1988 et en 1989 (avec 98 % des suffrages).

En 1988, les Nec + Ultra réalisent leur première - et unique - sortie chez Polydor avec le maxi Je Rap' (dont le titre sera repris plus tard par les Suprême NTM dans une attaque envers les Nec + Ultra, sur la compilation Rapattitude). Nec + Ultra est déclaré vainqueurs ex-æquo avec les Timides et Sans Complexe dans la catégorie 'meilleur rappeur', dans 'The Zulu Letter', en 1989. Au début des années 1990, il décide, avec les Nec + Ultra, de s'extraire de l'univers 'hip hop', qu'il considère en « pleine décrépitude ». Il fait partie, dès sa création fin 1986, début 1987, des B.O.S. (Boss of Scandal(z) - nom repris ensuite par DJ Spank et Joey Starr pour leur label B.O.S.S.), un crew formé par la fusion des TCG et des BBC (Bad Boys Crew). Il fait également partie des NTM à la création du groupe, des KOP (Kontrol of Paris - formé par les TCG, Meo et Joey) et, plus tard, des 156 (crew international de JonOne).

En 2000, il met à disposition gratuitement sur Internet un album regroupant des créations de 1987 à 1989. Après une pause en 2001 à la suite de l'effacement de son site par son hébergeur pour propos diffamatoires, il met en ligne en 2002 cinq nouveaux albums. En 2005, il posera un beatbox pour la chanson Do the Right Thing sur laquelle pose le rappeur Shaolin, dans la compilation À l'instinct volume 2.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Juin 2018

De son vrai nom Karim Bensadia, K-Rhyme Le Roi est né en 1970 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il est originaire du quartier de Belsunce, à Marseille. En 1997, il participe à la compilation Hostile hip-hop vol.2 aux côtés d'IAM. En 1999, il participe à la majeure partie de l'album L'palais de justice de Freeman ; il fait également, quelques apparitions sur la compilation Chronique de Mars (kif kif production).

En 2000, il participe au tournage du film Freestyle sorti en 2002. En 2008, il publie un clip en hommage aux supporters de l'OM décédés dans l'accident de car des MTP, en août 2008, sur la route du Havre, aux côtés de Marina R. En 2012, il publie un nouveau clip du titre Retour dans le game avec Young Hilla.

En 2015, il se présente lors d'une soirée aux côtés de la Fonky Family.

 

K-Rhyme Le Roi - Hip Hop

K Rhyme Le Roi feat ft Akhenaton, Freeman Taïro, Jalane et Nuttea - Une autre dimension

Freeman feat K.Rhyme Le Roi - Combien j'ai ramé

K-Rhyme le roi feat Soprano - Tu deur

K-Rhyme le roi feat Young Hilla - Retour dans le game

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Juin 2018

Carré rouge est un groupe de hip-hop français, originaire de Marseille (Bouches-du-Rhône), formé en 1996 et composé de trois rappeurs (Manolo, Stone Black, Jazzy Jazz), d'un DJ (Soon) et d'un producteur (Fresh le Venin).

Les membres débutent leur carrière en participant à différents LP et notamment à la bande originale du film Taxi de Gérard Pirès, jusqu'à la sortie de leur premier maxi auto-produit intitulé Hommes de terrain au label indépendant Bad Life en 1999. « Ca s'était pas trop mal passé, le truc avait été bien diffusé, donc on s'est dit pourquoi pas continuer et faire un essai avec eux pour l'album. C'était la continuation de notre travail sur Hommes de terrain », explique DJ Soon.

En 2000, ils participent à l'album Mode de Vie... Béton Style du Rat Luciano. En octobre 2001, le groupe publie son tout premier album collectif De la part de l'ombre, attendu depuis deux ans. Pour l'album, les membres s'inspirent de leur vécu et du côté sombre de la ville de Marseille.

En 2007, Black Stone de Carré Rouge participe à l'album Chroniques de Mars Vol. 2 du groupe IAM sur la chanson Pas vu venir.

 

Stone Black (Carré Rouge) - Laisse Tourner

Stone black (Carré rouge) - La rue comme grand frère

Manolo (Carré Rouge) - Antrax

Manolo (Carré rouge) - The end

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

Da Hypnotik est un groupe originaire des quartiers nord de Lille emmené par Skane et Soulkast. Figure active de la scène hip hop depuis 1997, le groupe sort un maxi 6 titres, Manifeste avec Rockin' Squat de groupe Assassin et gagne le tremplin MCM Session en 2002, ainsi que prix de la découverte du Printemps de Bourges 2002.

Maintenant ou jamais, leur 1er LP, sort en 2004, on retrouve sur cet album, en guest, des rappeurs comme Rockin' Squat, Sully Sefil, mais aussi des groupes comme Enhancer et Watcha, sur des titres comme Underground fighting, Showtime, Jam session ou encore Fell the vibes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Johney Perkins

Publié dans #Da hypnotik, #Soulkast, #maintenant ou jamais, #manifeste, #Skane, #Lille

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

Bakar, né à Chartres (Eure-et-Loir). Il commence à rapper à l’âge de 14 ans, sous le surnom de Dely jusqu’en 1999, date de la perte de son ami d’enfance Aboubakar. Il décide alors de changer de surnom de scène et troque Dely pour Bakar. En 2000, il fait la rencontre de l'équipe Kilomaitre et il enregistre son premier maxi avec son comparse Tonio Banderas : Souffle de vie. Il signe chez le label Kilomaitre et fait plusieurs featurings : Tandem, Sniper, Sinik, Chiens de Paille.

Il publie son premier album, Pour les quartiers, le 7 novembre 2005, dont la sortie est initialement prévue pour le 11 octobre, qui contient 19 chansons, dont le titre Classic. Dans le titre Classic, Bakar pose successivement sur les beats et mélodies des sons qu'il juge être des « classiques » du rap français. S'enchainent ainsi notamment les beats de Pucc Fiction d'Oxmo feat Booba et Hardcore d'Ideal J. Ces rappeurs acceptent de lui « prêter » leur son et leur image (ils apparaissent presque tous dans clip, sauf Lunatic qui est représenté par Nessbeal, alors membre du 92i). Le 1er octobre 2007, il publie son deuxième album, Rose du béton qui contient 14 chansons dont des featurings avec Tairo (Conscience d'arabe), Diam's (Devant ma fenêtre), Kery James (N'incite pas) et Sinik et Médine sur Les gens comme eux (Remix). En 2009 sort Classic 2 qui reprend le même concept que le premier.

En juin 2013, Bakar annonce la sortie d'un nouvel album. Il publie le premier extrait intitulé Come bak. Après six ans d'absence, il publie une série de digitapes dont la première se nomme Comme un homme, sortie le . La deuxième digitape, Légendaire, est publiée le 24 novembre 2014, avec des invités tels que Kery James, Béné, Isleym. Une 3e digitape serait prévue pour mars/avril 2015.

 

Bakar - Classic

Bakar - C'est chaud

Bakar - Rude Boys

Bakar - La couleur du sacrifice

Bakar - Warriors

BAKAR - Come Bak

Bakar - Légendaire

Bakar - Come Bak

Bakar - Jamais

Bakar - Folie

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

De son vrai nom Franck Kacou, Black Kent est né le à Abidjan (Côte d'Ivoire). Il quitte son pays natal avec sa famille, à la veille du conflit national, pour le Kenya en 1999, pays dans lequel il rencontre C4, avec qui il commence à partager sa passion pour le hip-hop et forme le groupe RSP, plus tard renommé The Franchise. Fils d'une professeure d'anglais, il atterrit à Bordeaux, en France, en 2003 après quatre ans passés. Après son arrivée à Bordeaux, il est naturalisé français, et étudie à la faculté de Bordeaux-IV où il obtient son master de finance internationale.

Par la suite, il fait ses premiers pas dans la scène musicale en contribuant notamment à l'album MP3 de M. Pokora. Il intègre en 2005 le collectif 99 Pro-G avec qui il publie la compilation Hip Hop Résurrection. Nostalgique de son pays d’origine, il décide l’été 2007 de sortir un album pour la Côte d’Ivoire avec Sagon avec qui il forme le groupe Djafoul Koncept, distribué par le label indépendant 99 Projet. L’album est publié en août 2007 à Abidjan, et est décrit[Par qui ?] comme la référence hip-hop en Côte d’Ivoire, avec notamment quatre nominations aux Ivoirap Music Awards.

Après la mixtape Le Scalpel Vol.1, publiée en mars 2009, et la publication de The Black Carter III, une reprise de Tha Carter III de Lil Wayne, téléchargée à près de 10 000 exemplaires, Black Kent publie Yes I Kent en 2010, qui contient le single Pass That enregistré avec le rappeur américain Bishop Lamont. En janvier 2011, il signe un contrat avec le label Warner Music France. Le 9 avril 2012, il publie son nouvel album Vendeur de rêves . Pour la promotion de l'album, il se lance dans un concert au Réservoir, à Paris, le 17 septembre 2012. En novembre 2013, il signe un contrat avec le label Polydor, rentrant ainsi dans la grande équipe d'Universal Music Group.

Black Kent publie un nouvel album intitulé Morceaux d’un homme, le 12 janvier 2016.

 

 

Black Kent - Mélodie Du Ghetto

Black Kent - Il m'a dit

Black Kent - Bart Simpson

Black Kent feat Bishop Lamont - Pass That

Black Kent - ASAP

Black Kent - Play

BLACK KENT - LOOK AT ME NOW REMIX

Black Kent - Seul

Black Kent Feat Cory Gunz - Spit Crack Music

Black Kent - Un euro et un rêve

Black Kent - Besoin de rien

Black Kent - Des Chiffres & Des Lettres

Black Kent - Tel-Ho

Black Kent - Sacré Négro (Black n Yellow Freestyle)

Black Kent feat Keros-N - Mwen

Voir les commentaires

Repost0