Publié le 13 Juin 2018

Destroy Man et Jhonygo (Pierre Letin) est l'un des premiers groupe de rap à rapper en français au début des années 80. Jhonygo a commencé légèrement avant Destroy Man a rapper à la Grange aux belles durant les après-midi organisées par Dj Chabin. Destroy Man était alors en charge de la sécurité à l'entrée, lors d'une session open mic, il prend le micro pour rapper au côté de Jhonygo. Dans le années 80, il y a de grandes rivalités entres les jeunes banlieusards et les skinhead ; Destroy Man et Jhonygo font partis des Black Panthers.

Le groupe prend simplement le nom des deux membres qui le composent. Au milieu des années 80, le groupe participe à beaucoup de scènes (Chateauvallon, fête de l'Huma,...) et émissions de radio (Radio Nova). Le groupe sort son premier EP Égoïste en 1987 puis un second J'en ai assez, l'année suivante.

Par la suite, Destroy Man et Jhonygo entameront des carrières solos. Destroy Man sort l'album Nouvelle classe en 1992. De son côté Jhonygo sort quelques EP (Personne, Donne le maximum et Toutes les filles), avant de sortir son premier album Réalités en 1993.

 

Destroy Man - Début d'une sale histoire

Destroy Man - Edith

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Juin 2018

Zesau est né le à Paris. Son nom de scène s'inspire de Keyser Söze, d'ascendance martiniquaise, Zesau a grandi au quartier des Malassis à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Il commence à rapper en 93/94 et forme avec Nessbeal et Koryas le groupe Dicidens en 1996. Signés sur le label indépendant Magma qui est ensuite devenu Paire d’as, ils réunissent leurs forces dans l'optique de faire un album épaulés par l'équipe du 45 Scientific. Souvent comparés à Lunatic, Booba disait d'eux : « Déconseillé aux gens dit sensibles, voyou tu peux cé-dan sur mon son ou celui des Dicidens » dans Animals en featuring avec LIM et Moussa sur son premier album solo Temps mort. À noter également que Zesau a composé l'instrumentale de Sans ratures sur ce même album.

Leur single en commun, De larmes et de sang, publié en 2000 sur maxi vinyle est en revanche l'un des derniers titres enregistré par Lunatic en tant que groupe. HLM Rezidants, publié en 2004, compte approximativement 15 000 exemplaires vendus, et est classé 78ème pendant trois semaines consécutives. Il se retrouve désormais en vente comme article de collection sur certains sites. Selon le magazine Radikal, il s'agit du « dernier choc rapologique de l'année 2004. » Le 14 mai 2012, l'album est réédité par Musicast.

En 2005, il fonde son propre label discographique, Bad-Game Musik, et publie, le , son premier projet, un street album de 27 chansons baptisé Bad-Musik sur lequel il fait notamment participer Rim'K, Aketo, Brasco, Rohff, Sefyu, Dry, et Seth Gueko. C'est « pour le plaisir » qu'il assure l'avoir sorti autant que pour « récapituler son parcours » et « montrer qu'il n'est pas un débutant » explique-il dans Rap Mag. « Un album pour les amateurs de lyrics criminogènes, de rimes de jeunes insoumis, de récits hardcore et de délinquante musik », selon R.A.P.R&B. Magazine.

Trois ans plus tard, presque jour pour jour, c'est avec une mixtape qu'il revient au devant de la scène : Drive By Musikk, 32 inédits, qu'il défend notamment sur scène lors d'un grand concert à l'Élysée Montmartre aux côtés d'autres MCs de la tendance à cette période comme Alibi Montana, Alonzo, et Canardo. Sortie uniquement en téléchargement légal, Drive By Musikk sert à faire « monter le buzz » avant de passer à « l’étape supérieure », avec la sortie de son premier album solo.

Après cinq ans de préparation, plus calculé et « conçu comme un film », le double album Frères d'armes est finalement publié le . Il fait notamment participer Le Rat Luciano, Rim'K, Despo Rutti, Seth Gueko, et Dicidens. Au moment de la sortie, il dévoile au public « les pépites qu'il renferme » et l'ensemble des extraits de l'album totalisent en 2014 plus d'un million de vues sur YouTube, le premier single Maximal, en featuring avec Nessbeal, atteint à lui seul 740 000 vues en 2014. Ce projet aura notamment eu le mérite de se voir attribuer le titre d'« album rap de rue de l'année » par le magazine spécialisé StriclyHipHopMag.

Le une vidéo est mise en ligne sur le site Daymolition, annonçant la préparation d'un projet inédit. Zesau entreprend de réunir les rappeurs qu'il a écouté étant plus jeune pour réenregistrer avec eux des classiques du Rap français. Ce projet réunis notamment Rim'K et AP du 113, Abuz, Lords of the Underground, MC Eiht (Menace to Society), Driver, Daddy Lord C, Tepa (Les Spécialistes), Different Teep, Chrysto (Démocrates D).

En 2012, Zesau récidive avec un nouvel album-concept intitulé Dirty Zoo prévu au mois de juin, mais reporté au , à la suite d'aléas du travail en indépendant. Une fuite sur Internet 3 mois avant la sortie officielle est également à déplorer. Le 6 juin 2012, Booska-P déclare que « c'est 18 titres qui sentent bon le zoo pour te préparer pour l'été » à l'annonce du tracklisting ; deux jours plus tard, les auditeurs de Skyrock découvrent en exclusivité des couplets de l'album lors de l'émission Planète Rap de Rim'K. Le même jour, le premier single intitulé Bénef est publié. L'ensemble des extraits en streaming totalisent plusieurs millions de vues. Le son nouveau clip J'fais mon job est publié sur Trace TV (Urban) avec la mention « Vidéo of the Day ».

Le Zesau annonce l'arrivée d'un nouvel album. Le les auditeurs de Skyrock ont pu découvrir en exclusivité des couplets de l'album lors de l'émission Planète Rap de Leck. Dans une interview du mois de mars sur TupakTV il explique avoir déjà enregistré plusieurs morceaux mais il préfère prendre le temps «d'affuter sa lame» et de sortir un projet que «ni lui, ni personne aura fait». Initialement prévu pour décembre 2013 et après plusieurs reports il sortira finalement l'EP En attendant DMZ pour faire patienter ses fans. La date de sortie définitive est annoncée pour le et l'album fera participer Nessbeal du groupe Dicidens, Niro, Docteur Beriz (Wati B) et Kolonel94. Enemy, La traque et Delbor sont les premiers extraits déjà disponibles.

À la suite de reports successifs de son album Deuxmillezoo (20ZO), Zesau publie finalement un EP de neuf titres, le . Le clip Delbor Remix feat. Rim'K, Despo Rutti, Sadek et Haks sortira le même jour. Booska-p qualifiera cette combinaison d'«explosive» à l'annonce du tracklisting déclarant également qu'« En attendant #DMZ, Zesau va faire du sale !». À noter la présence d'un remix de la chanson She Wolf (Falling to Pieces) de David Guetta sur le morceau La traque.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Juin 2018

De son vrai nom Bruno Mastriana, Sheek est né en 1970. Sheek découvre le rap en 1980. En 1984, il pose son premier graffiti. Il rentre en 1985 dans le crew The Crime Gang (TCG), composé alors de Kaze, Reen, Ekinox, et Dozer.

En 1984, il découvre le human beatbox. L'année d'après, il fera son premier beatbox sur scène, pour soutenir une improvisation de Destroy Man et Jhony Go. Il rappe sur scène pour la première fois en 1986, dans le groupe RéALITé (composé de Sheek, Noël, Richy et DJ Jo), groupe qui sera refondu en Nec + Ultra avec le départ de DJ Jo qui composera les premières instrus d'Assassin. Dans The Zulu Letter (premier fanzine hip-hop), il est nommé par vote meilleur human beatbox, en 1988 et en 1989 (avec 98 % des suffrages).

En 1988, les Nec + Ultra réalisent leur première - et unique - sortie chez Polydor avec le maxi Je Rap' (dont le titre sera repris plus tard par les Suprême NTM dans une attaque envers les Nec + Ultra, sur la compilation Rapattitude). Nec + Ultra est déclaré vainqueurs ex-æquo avec les Timides et Sans Complexe dans la catégorie 'meilleur rappeur', dans 'The Zulu Letter', en 1989. Au début des années 1990, il décide, avec les Nec + Ultra, de s'extraire de l'univers 'hip hop', qu'il considère en « pleine décrépitude ». Il fait partie, dès sa création fin 1986, début 1987, des B.O.S. (Boss of Scandal(z) - nom repris ensuite par DJ Spank et Joey Starr pour leur label B.O.S.S.), un crew formé par la fusion des TCG et des BBC (Bad Boys Crew). Il fait également partie des NTM à la création du groupe, des KOP (Kontrol of Paris - formé par les TCG, Meo et Joey) et, plus tard, des 156 (crew international de JonOne).

En 2000, il met à disposition gratuitement sur Internet un album regroupant des créations de 1987 à 1989. Après une pause en 2001 à la suite de l'effacement de son site par son hébergeur pour propos diffamatoires, il met en ligne en 2002 cinq nouveaux albums. En 2005, il posera un beatbox pour la chanson Do the Right Thing sur laquelle pose le rappeur Shaolin, dans la compilation À l'instinct volume 2.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Juin 2018

De son vrai nom Karim Bensadia, K-Rhyme Le Roi est né en 1970 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il est originaire du quartier de Belsunce, à Marseille. En 1997, il participe à la compilation Hostile hip-hop vol.2 aux côtés d'IAM. En 1999, il participe à la majeure partie de l'album L'palais de justice de Freeman ; il fait également, quelques apparitions sur la compilation Chronique de Mars (kif kif production).

En 2000, il participe au tournage du film Freestyle sorti en 2002. En 2008, il publie un clip en hommage aux supporters de l'OM décédés dans l'accident de car des MTP, en août 2008, sur la route du Havre, aux côtés de Marina R. En 2012, il publie un nouveau clip du titre Retour dans le game avec Young Hilla.

En 2015, il se présente lors d'une soirée aux côtés de la Fonky Family.

 

K-Rhyme Le Roi - Hip Hop

K Rhyme Le Roi feat ft Akhenaton, Freeman Taïro, Jalane et Nuttea - Une autre dimension

Freeman feat K.Rhyme Le Roi - Combien j'ai ramé

K-Rhyme le roi feat Soprano - Tu deur

K-Rhyme le roi feat Young Hilla - Retour dans le game

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Juin 2018

Carré rouge est un groupe de hip-hop français, originaire de Marseille (Bouches-du-Rhône), formé en 1996 et composé de trois rappeurs (Manolo, Stone Black, Jazzy Jazz), d'un DJ (Soon) et d'un producteur (Fresh le Venin).

Les membres débutent leur carrière en participant à différents LP et notamment à la bande originale du film Taxi de Gérard Pirès, jusqu'à la sortie de leur premier maxi auto-produit intitulé Hommes de terrain au label indépendant Bad Life en 1999. « Ca s'était pas trop mal passé, le truc avait été bien diffusé, donc on s'est dit pourquoi pas continuer et faire un essai avec eux pour l'album. C'était la continuation de notre travail sur Hommes de terrain », explique DJ Soon.

En 2000, ils participent à l'album Mode de Vie... Béton Style du Rat Luciano. En octobre 2001, le groupe publie son tout premier album collectif De la part de l'ombre, attendu depuis deux ans. Pour l'album, les membres s'inspirent de leur vécu et du côté sombre de la ville de Marseille.

En 2007, Black Stone de Carré Rouge participe à l'album Chroniques de Mars Vol. 2 du groupe IAM sur la chanson Pas vu venir.

 

Stone Black (Carré Rouge) - Laisse Tourner

Stone black (Carré rouge) - La rue comme grand frère

Manolo (Carré Rouge) - Antrax

Manolo (Carré rouge) - The end

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

Da Hypnotik est un groupe originaire des quartiers nord de Lille emmené par Skane et Soulkast. Figure active de la scène hip hop depuis 1997, le groupe sort un maxi 6 titres, Manifeste avec Rockin' Squat de groupe Assassin et gagne le tremplin MCM Session en 2002, ainsi que prix de la découverte du Printemps de Bourges 2002.

Maintenant ou jamais, leur 1er LP, sort en 2004, on retrouve sur cet album, en guest, des rappeurs comme Rockin' Squat, Sully Sefil, mais aussi des groupes comme Enhancer et Watcha, sur des titres comme Underground fighting, Showtime, Jam session ou encore Fell the vibes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Johney Perkins

Publié dans #Da hypnotik, #Soulkast, #maintenant ou jamais, #manifeste, #Skane, #Lille

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

Bakar, né à Chartres (Eure-et-Loir). Il commence à rapper à l’âge de 14 ans, sous le surnom de Dely jusqu’en 1999, date de la perte de son ami d’enfance Aboubakar. Il décide alors de changer de surnom de scène et troque Dely pour Bakar. En 2000, il fait la rencontre de l'équipe Kilomaitre et il enregistre son premier maxi avec son comparse Tonio Banderas : Souffle de vie. Il signe chez le label Kilomaitre et fait plusieurs featurings : Tandem, Sniper, Sinik, Chiens de Paille.

Il publie son premier album, Pour les quartiers, le 7 novembre 2005, dont la sortie est initialement prévue pour le 11 octobre, qui contient 19 chansons, dont le titre Classic. Dans le titre Classic, Bakar pose successivement sur les beats et mélodies des sons qu'il juge être des « classiques » du rap français. S'enchainent ainsi notamment les beats de Pucc Fiction d'Oxmo feat Booba et Hardcore d'Ideal J. Ces rappeurs acceptent de lui « prêter » leur son et leur image (ils apparaissent presque tous dans clip, sauf Lunatic qui est représenté par Nessbeal, alors membre du 92i). Le 1er octobre 2007, il publie son deuxième album, Rose du béton qui contient 14 chansons dont des featurings avec Tairo (Conscience d'arabe), Diam's (Devant ma fenêtre), Kery James (N'incite pas) et Sinik et Médine sur Les gens comme eux (Remix). En 2009 sort Classic 2 qui reprend le même concept que le premier.

En juin 2013, Bakar annonce la sortie d'un nouvel album. Il publie le premier extrait intitulé Come bak. Après six ans d'absence, il publie une série de digitapes dont la première se nomme Comme un homme, sortie le . La deuxième digitape, Légendaire, est publiée le 24 novembre 2014, avec des invités tels que Kery James, Béné, Isleym. Une 3e digitape serait prévue pour mars/avril 2015.

 

Bakar - Classic

Bakar - C'est chaud

Bakar - Rude Boys

Bakar - La couleur du sacrifice

Bakar - Warriors

BAKAR - Come Bak

Bakar - Légendaire

Bakar - Come Bak

Bakar - Jamais

Bakar - Folie

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

De son vrai nom Franck Kacou, Black Kent est né le à Abidjan (Côte d'Ivoire). Il quitte son pays natal avec sa famille, à la veille du conflit national, pour le Kenya en 1999, pays dans lequel il rencontre C4, avec qui il commence à partager sa passion pour le hip-hop et forme le groupe RSP, plus tard renommé The Franchise. Fils d'une professeure d'anglais, il atterrit à Bordeaux, en France, en 2003 après quatre ans passés. Après son arrivée à Bordeaux, il est naturalisé français, et étudie à la faculté de Bordeaux-IV où il obtient son master de finance internationale.

Par la suite, il fait ses premiers pas dans la scène musicale en contribuant notamment à l'album MP3 de M. Pokora. Il intègre en 2005 le collectif 99 Pro-G avec qui il publie la compilation Hip Hop Résurrection. Nostalgique de son pays d’origine, il décide l’été 2007 de sortir un album pour la Côte d’Ivoire avec Sagon avec qui il forme le groupe Djafoul Koncept, distribué par le label indépendant 99 Projet. L’album est publié en août 2007 à Abidjan, et est décrit[Par qui ?] comme la référence hip-hop en Côte d’Ivoire, avec notamment quatre nominations aux Ivoirap Music Awards.

Après la mixtape Le Scalpel Vol.1, publiée en mars 2009, et la publication de The Black Carter III, une reprise de Tha Carter III de Lil Wayne, téléchargée à près de 10 000 exemplaires, Black Kent publie Yes I Kent en 2010, qui contient le single Pass That enregistré avec le rappeur américain Bishop Lamont. En janvier 2011, il signe un contrat avec le label Warner Music France. Le 9 avril 2012, il publie son nouvel album Vendeur de rêves . Pour la promotion de l'album, il se lance dans un concert au Réservoir, à Paris, le 17 septembre 2012. En novembre 2013, il signe un contrat avec le label Polydor, rentrant ainsi dans la grande équipe d'Universal Music Group.

Black Kent publie un nouvel album intitulé Morceaux d’un homme, le 12 janvier 2016.

 

 

Black Kent - Mélodie Du Ghetto

Black Kent - Il m'a dit

Black Kent - Bart Simpson

Black Kent feat Bishop Lamont - Pass That

Black Kent - ASAP

Black Kent - Play

BLACK KENT - LOOK AT ME NOW REMIX

Black Kent - Seul

Black Kent Feat Cory Gunz - Spit Crack Music

Black Kent - Un euro et un rêve

Black Kent - Besoin de rien

Black Kent - Des Chiffres & Des Lettres

Black Kent - Tel-Ho

Black Kent - Sacré Négro (Black n Yellow Freestyle)

Black Kent feat Keros-N - Mwen

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 6 Juin 2018

De son vrai nom Raphaël Mussard, Faf Larage est né le à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il est d'origine malgache et réunionnaise et est le petit frère de Shurik'N. Il fait ses débuts en tant que rappeur et beatmaker dans le groupe Soul Swing en 1987. Le Soul Swing, proche du groupe de rap marseillais IAM donne de nombreux concerts entre 1987 et 1997 et Faf Larage participe à tous leurs albums depuis Planète Mars en 1991. Après quelques compilations et maxi-vinyles, le Soul Swing sort son premier et dernier album en 1996 : Le Retour de l'Àme Soul (chez night&day records). Peu de temps après, Le groupe se sépare et Faf Larage entame une carrière solo.

En 1997 il signe au label d'Imhotep, Kif-Kif Records, quelques maxi-vinyles remarqués (Strombringa, La Garde) il est chargé de la réalisation artistique de l'album du label intitulé Chroniques de Mars (double disque d'or) un album multi-artistes marseillais où Faf est également un des compositeurs et interprètes. En 1999, il publie son album solo intitulé C'est ma cause, enregistré entre New York et Marseille. il en extrait plusieurs singles et un EP inédits qui précédera la tournée en France et à travers le monde.

En 2000 il signe toute la bande originale du film Taxi 2 au sein du groupe One Shot (avec Disiz, Jalane, Nuttea, Kimto et Tairo) un double disque d'or. Frère de Shurik'n, membre du groupe IAM, il publie avec ce dernier un album intitulé La Garde, en 2000.

En 2003, en compagnie d'Eben (2Neg) et sous le nom de Gomez et Dubois, il publie l'album Flic$ & Hor$ La Loi parodiant l'univers policier. L'album est nommé aux Victoires de la musique en 2004 pour le meilleur album rap. Le duo et Faf en solo participent à la bande originale du film Gomez et Tavarès et La Beuze. Toujours en 2003, Faf Larage et Akhenaton (membre du groupe IAM) signent la bande originale du film L'Américain de Patrick Timsit.

Faf Larage donne sa chanson Le Souteneur extrait de son premier album dans le jeu vidéo Hitman: Contracts sortie 2004. Faf Larage écrit pour Michaë+l Youn le succès Le Frunkp (numéro 1 et disque de platine) le générique du film La Beuze. Gomez et Dubois entament une tournée et participent à de nombreux « prime », leur titres et clips sont classés dans les top diffusions radio et TV.

En 2006, il revient sur le devant de la scène avec Pas le temps, le générique français de la série Prison Break, qui atteindra la première place du Top 50 9 semaines de suite avec un disque de platine à la clef. Le single compte 400 000 exemplaires vendus en 2007. Sur ce générique, Faf Larage explique, en septembre 2006, « Il y a 5-6 mois, je ne connaissais pas la série. Mes éditeurs EMI Publishing, qui gèrent le catalogue de la Fox US, m'ont dit que la Fox cherchait un générique pour Prison Break et m'ont demandé de faire un essai. [...] On retrouve aussi une esthétique, une image... on sent que c'est de la grosse production derrière ».

Par la suite il sort, en 2007, son deuxième album solo Rap Stories avec des singles comme Ta meuf (2e au top 50 et disque d'or), C'est de l'or avec Tairo. En 2008, il compose et interprète un nouveau générique de fin de la série Prison Break (saison 2 – 3 et 4) avec le titre C'est pas ma faute il entre dans le Top 10 une nouvelle fois. Faf Larage participe pendant des années à toutes les émissions TV et Radio les plus vues et écoutées du moment. Il a joué dans des salles prestigieuses comme Olympia, Bercy, Zenith, Stade Vélodrome… Il entame une tournée avec son Live Band (7 musiciens) et sera nominé dans 2 catégories aux NRJ Music Awards. En 2009, avec le compositeur Elio, il signe la B.O. du film Neuilly sa mère ! (2,5 millions d'entrées).

En 2010, il compose pour la publicité et Internet. En 2011, il enregistre un album en duo avec Akhenaton, intitulé We Luv New York, qui retrace la passion des deux hommes pour la ville « berceau du hip-hop ». L'album a pour particularité de n'être disponible en vente que sur Internet sur le site, Me Label. Ils en sortiront plusieurs singles (On rêvait NY, Euh, Je danse pas, M.A.R.S). Ils partent également sur une tournée éponyme (entre Paris, Hong Kong et New York) jusqu'en 2012. Concernant sa rencontre avec Akhénaton, Faf explique « Nous nous sommes rencontrés lors d’un concert à la Maison Hantée à Marseille, en 1987, avant IAM. C’était l’endroit où se retrouvaient tous les amateurs de hip hop. Nous avons vite découvert que nous avions les mêmes goûts musicaux. »

En 2013, Faf Larage se concentre dès lors sur la musique et compose avec Sébastien Damiani, un pianiste virtuose venu de l'univers de musique classique et pop. Ensemble ils signent plusieurs musiques sur l'album Arts martiens du groupe IAM 2013 (disque d'or). Fin janvier 2014, il fonde avec le compositeur Sébastien Damiani The Music Factory pour des compositions musicales. Ce duo, en plus d'avoir participé aux deux albums d'IAM sortis en 2013, a composé les instrumentaux du patineur artistique Florent Ammodio pour les J.O. de Sotchi. Et également la sortie en 2014 d'un nouvel album solo de Faf Larage arrangé par Damiani. Ils signent avec Akhenaton le générique du film Turf. Faf Larage interprète également le générique de La Vraie Vie des profs composé par Elio et sorti en 2013, ainsi que le générique français du film américain Les Croods.

En 2015, Faf Larage s'associe avec Sébastien Damiani pour un projet célébrant l'alliance du hip-hop et de la musique classique dans un mini-album prévu pour le 1er juin 2015.

En 2017, il est contacté par le créateur de figurines " Tsume Art " pour réaliser un morceau sur le thème de Dragon Ball Z afin de promouvoir la sortie de leur nouvelle figurine " Son Goku et Nappa ". Le morceau s'intitule "It's Over 9000" et est agrémenté d'une vidéo présentant le prototype de la figurine sous toutes ses coutures.

 

Faf Larage feat Tairo - C'est de l'or

La Garde - La garde meurt mais ne se rend pas

Faf Larage et Akhenaton - Euh

Faf Larage et Akhenaton - On rêvait New-York

Faf Larage - C'est pas ma faute

Faf Larage - Ta meuf (la caille)

Faf Larage - J'ai pas le temps

Voir les commentaires

Publié le 5 Juin 2018

De son vrai nom Samir Salah, OGB (Original Gros Bonhomme ou Original Gras du Bide) est né le 7 avril 1977 dans le 13ème arrondissement de Paris. Il grandi dans la cité Robespierre de Vitry-sur-Seine (Val de Marne) se voyait bien faire une révolution musicale, tels les N.W.A qu’il écoute en boucle. D’ailleurs, à l’époque, tout son quartier peut profiter de son amour immodéré pour le hip-hop qu’il diffuse à plein volume, toutes fenêtres ouvertes. Le mélomane collectionne les vinyles et mixe à volonté pour le plus grand bonheur de ses amis Rohff, Rim’K, AP’ et autres Mokobé qui balbutient alors leurs premières rimes dans sa chambre d’adolescent. Néanmoins, leur ami DJ tourne en rond derrière ses platines. OGB remise ses 33 tours et puis s’en va cracher des rimes sur le papier. Armé d’un stylo, il évoque sans rancune les maux d’une société qui l’enferme dehors, décidé quoi qu’il en soit à y faire entrer le soleil. Son soleil. Celui de ses origines algériennes et de cet héritage africain qui donnera sa couleur au collectif de la Mafia K’1 Fry dont il fait partie depuis sa création en 1995 aux côtés de Kery James, Manu Key, le 113, Rohff, Karlito, Intouchable…. Cette association de bienfaiteurs aucunement menaçante pour la société donne naissance à de grands succès commerciaux sur lesquels on retrouve systématiquement OGB, de près ou de loin. Surtout sur scène où il s’illustre aux côtés de ses acolytes, pour s’imposer presque malgré lui comme l’un des meilleurs backeurs du rap français ; backeur ou C.S pour contrôleur scénique, comme il préfère se définir : « c’est très difficile pour un rappeur d’assurer un concert seul sur scène, au niveau du souffle et du rythme très soutenu. A force de rejoindre mes potes pour les appuyer vocalement sur les refrains, les débuts et fins de morceaux, j’en ai fait une spécialité qui m’a valu une certaine reconnaissance, c’est vrai ». Plus qu’une doublure vocale pour une musique en Haut Débit, OGB se révèle être toujours de bon conseil. Tel le consigliere du « Parrain » (un de ses films préférés), on le sollicite en studio pour trouver des idées, pousser la réflexion un peu plus loin. On le surnomme même « la conscience de la Mafia K’1 Fry ». Poète marié au bitume, OGB s’autorise aussi des clins d’œil à sa culture algérienne, comme en témoigne sa participation au titre de Rim’K du 113 « Tonton du Bled », sur lequel il pose les voix en arabe dont les fameux « léléla » ou « ouaouaoua ». Un grand succès commercial : qui s’en plaindrait ?! Comme le chantait un certain Daniel Balavoine, « il ne suffit pas d’être pauvre pour être honnête ». OGB n’hésiterait pas un instant à renouveler l’exploit si c’était à refaire... « Si c’était à refaire », titre de l’album de son comparse Kery James, vendu à 100 000 exemplaires et qui leur vaudra un passage mémorable sur les planches de l’Olympia en mars 2002. Après avoir partagé plus de dix ans de tournées, les deux MC ont développé une complicité scénique frappante qui atteindra son point d’orgue au Stade de France, avec la clôture du plus grand rassemblement Rap/R&B jamais organisé dans l’hexagone, le concert Urban Peace pour 60 000 personnes.

Quand, quelques années plus tard, Rim’K du 113 fait appel à OGB pour sa première tournée solo avec « Maghreb United », la magie opère à nouveau. Leur périple les mènera de Carthage à Bruxelles, en passant par Oujda, Sidi bel Abbés, Borj… pour finir enfin au « Zénith » de Paris, avec un concert de 2h30 face à 6000 personnes, accompagnés d’une quinzaine d’invités parmi les plus grandes voix du raï et du hip-hop. Un triomphe !

Si OGB participe à tous les opus de la Mafia K’1 Fry, qui deviendra en quatre projets une véritable machine de guerre, il s’ingénie également à promouvoir de jeunes inconnus : « je fais pour eux ce qu’on n’a pas fait pour moi ». Ainsi en 1999, il réunit artistes confirmés et débutants sur une compilation appelée « Vitry Club » en référence à son film de chevet de l’époque, « Fight Club » que le cinéphage a vu neuf fois. La rondelle se vendra à 12 000 exemplaires, joli succès d’estime dont s’enorgueillit volontiers OGB.

Touche à tout, le rappeur devient réalisateur en 2000 pour le premier album d’Intouchable (Dry, Demon et L.a.s…R.I.P), « Les points sur les i ». Pendant leurs séances en studio, il enregistre son premier maxi, « Rap offensif » qui met enfin en relief son écriture double-face : virulante et street sur le titre éponyme du vinyle, posée et réfléchie sur « J’écris ». Produit et sorti en indépendant grâce au soutien de Popa Project (fondateur de la marque Mafia K’1 Fry et African Armure), le maxi atterrira pourtant dans quelques FNAC.

Après avoir fait le tour des compilations et autres mixtapes, en novembre 2005, OGB regroupe une décennie d’activité sur un street CD, « OGBest of Collector » pour proposer enfin un an plus tard, son premier album solo « Enfermé dehors ». En juin 2007, l’opus rebaptisé « Combien savent » sera réédité avec en bonus 8 inédits, dont le désormais classique « Sans rancune ». Ce titre très touchant à l’écriture subtile est dédié à sa mère, partie avec son cœur le 4 février 1999. Le public s’empare avec gourmandise de ses rimes intelligentes et intelligibles, saluant sa « bonne gamberge » et sa maturité de ton. Bien que sorti en indépendant, sans aucune promotion nationale, sans rotation sur Skyrock et sans clip, l’album dépassera les 20 000 exemplaires.

Acteur discret d’une série à succès, OGB passe à l’écriture de nouveaux épisodes. Entouré de L’Equipe, composée de ses « petits frangins » Salim et Diaf, il forme le combo Zitezitoune (huile d’olive en arrive) pour renouer avec le son des années 90, pour lui les meilleures années du rap. Cette collaboration, déjà remarquée sur l’album « Enfermé dehors » avec quatre prods et deux titres (« Poésie de la guerre » et « Murement réfléchi »), rebondira sur plusieurs projets : sous le nom « OGB L’Equipe », on retrouve les trois bonhommes sur « Opinion sur rue 3 », Réflexion R.I.P », « A visage découvert » ou encore « Niroshima 3 ». En octobre 2008, convaincu d’avoir enfin trouvé ses « petits-grands » (seuls quatre ans les séparent), OGB se lance avec eux sur un album commun logiquement baptisé « Esprit d’équipe », avec 17 titres dont 10 produits par Zitezitoune.

Plus de deux ans de silence se sont écoulés alors que s’annonce la sortie de son second album, « La mémoire ». Pour le premier extrait, OGB balancé sur le Net un clip innovant de ce titre, totalement tourné sur fond vert en 3D. On y découvre un nouvel OGB, évolutif et percutant, plus déterminé que jamais à faire passer le message. Cerise sur le gâteau : « Leader », un titre qui réunit deux grandes figures emblématiques du rap, Mafia K’1 Fry et IAM pour un moment hip hop historique. Le clip, réalisé par un des meilleurs réalisateurs français de la discipline Chris Macari, a été écrit par OGB et suscite déjà un raz de marée sur Internet. Après seulement deux extraits, OGB nous promet encore des surprises de taille. Ne perdez pas « La mémoire », l’album est dans les bacs!

 

OGB - Imagine toi

OGB - La mémoire

OGB feat IAM et Mafia K1fry - Leader

OGB - Sans rancune

OGB - Chant des hyenes

OGB - Sans rancune 2

OGB feat Myma Mendhy - Génération 90

OGB feat Mohamed Lamine - Lala fatéma

Voir les commentaires

Repost0