Hip-Hop 360 | Exposition du 17.12.21 au 14.07.22 | Philharmonie de Paris

par Johney Perkins  -  29 Décembre 2021, 13:44  -  #exposition hip hop 360, #expo hip hop philharmonie, #exposition hip hop 360 gloire à l'art de rue, #Philharmonie paris hip hop, #hip hop philharmonie Paris, #expo hip hop musée de la musique, #hiphop 360, #Gloire à l'art de rue

exposition Hip hop 360 - Gloire à l'art de rue - Philharmonie de Paris (Musée de la musique)

L’exposition raconte l’émergence d’une identité du hip-hop en France qui s’est façonnée à partir du modèle américain, en adaptant musique, flow et récits aux dimensions de l’histoire sociale et culturelle française. 

Lorsque le hip-hop arrive en France dans les années 1980, c’est un véritable ovni qui percute une génération alors bercée par la musique pop de ses parents. Issu des ghettos noirs new-yorkais, le hiphop inonde les villes avec le rap,  le graff, le tag et le breakdance. La France réussit à développer une culture hip-hop originale faisant écho à son histoire des arts populaires et à une réalité sociale particulière. La partie, pourtant, était loin d’être gagnée : adepte du mélange, de la débrouille et de l’absence de code, le hip-hop ne rentre dans aucune case identifiée. Les médias sont alors convaincus de la fugacité d’une mode pour quelques adolescents en mal de références…
Or, depuis presque quarante ans, force est de constater qu’il a envahi l’espace culturel, jusqu’à devenir un phénomène, en renouvellement constant.
Comment se sont alors constitués les premiers mythes et récits fondateurs ? Qui sont les grands acteurs de ce mouvement aux multiples ramifications ? Comment expliquer que les générations suivantes aient fini par réussir à imposer leurs codes à une industrie musicale mais aussi à tout un champ culturel ? Que le rap soit devenu le son de la génération des milleniums ?

L’événement Hip-Hop 360 met en pause le lecteur cassette pour revenir sur cette culture depuis l’arrivée du New York City Rap Tour en France grâce à quelques visionnaires expatriés. Il revient sur le parcours du précurseur Dee Nasty, sur les circuits de diffusion parallèle des radios associatives jusqu’aux fréquences nationales – sans oublier la diffusion par les mixtapes –, et aussi sur tout un art de vivre ayant influencé la peinture ou la mode. Bien entendu, le hip-hop se transmet par la musique à coup de lyrics dont la diversité et l’innovation ont conduit des rappeurs comme MC Solaar à faire l’unanimité lorsque d’autres, comme Suprême NTM, faisaient scandale. Le rap n’attend aucune validation de la société bien-pensante avec ses tauliers présents depuis plusieurs décennies comme les Marseillais IAM ou le duc Booba, ses virtuoses inoubliables des écuries Time Bomb ou de la Mafia K’1 Fry, des étoiles filantes personnifiées par la chanteuse Diam’s et les stars actuelles comme JuL ou PNL. Hip-Hop 360 lève aussi le voile sur des musiciens souvent dans l’ombre de leurs rappeurs, adeptes de mélanges en tout genre, flirtant avec la musique électronique, la soul et le funk. Le hip-hop fait aussi parler les corps. L’exposition explore ainsi l’évolution du breakdance depuis les pionniers Aktuel Force jusqu’aux récentes formations s’illustrant régulièrement au niveau mondial.
Voix, écoute, mouvement, visuel, Hip-Hop 360 a l’ambition de poser un regard sur une culture en perpétuelle évolution, loin des clichés et au fait d’une expression artistique exigeante. Le parcours foisonnant, immersif, reflète les expressions plurielles du genre, se nourrit des formes les plus contemporaines et s’appuie sur la collaboration des artistes eux-mêmes. Hip-Hop 360 offre une véritable vision à 360 degrés d’un mouvement artistique et culturel à l’énergie sans limite.

Véritable vision à 360 degrés d’un mouvement artistique et culturel à l’énergie sans limite, l’installation Hip-Hop 360 permet l’immersion du visiteur au milieu des breakers, DJs, beatboxers et rappeurs en proposant une expérience singulière à partir de performances et d’enregistrements inédits réalisés pour l’exposition. Le cercle, c’est l’espace central des battles de danse et de rap freestyle, le public fait partie des performances au plus près des artistes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
S
La Rapologie<br /> 51,5 k abonnés<br /> Le Deenastyle est le troisième album du DJ Dee Nasty.<br /> <br /> Opening<br /> Here we come (East & Cut Killer) 04:00<br /> A nos amis (Lionel D)<br /> Opportunity<br /> Le mouvement 19:21 (Lionel D)<br /> New-York is the old school<br /> Never justify<br /> Hip hop short spot<br /> Connecte ton intellect 38:20<br /> Looking for a fight<br /> Soyez responsables! 47:50<br /> Can’t get enough<br /> Soul divine <br /> How dou you feel?<br /> Mismatched<br /> <br /> Dee Nasty, parfois typographié Deenasty, ou DJ Dee Nasty, de son vrai nom Daniel Bigeault, né en 1960, est un disc jockey français de hip-hop. Vers la fin de l'année 1984, Dee Nasty publie son premier album Paname City Rappin'.<br /> <br /> Il est reconnu par la presse spécialisée et par le public comme l'un des pionniers, voire le premier pionnier, du hip-hop dans le pays<br /> <br /> Daniel est originaire de la cité de la Pierre-Plate, à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, en banlieue sud de Paris. En 1979, durant un séjour à New York, aux États-Unis, Dee Nasty découvre les débuts du hip-hop, avec le graffiti, la breakdance et le funk scandé comme celui de Sugarhill Gang. Il est l'un des premiers à avoir importé ce style en France.<br /> <br /> Il Ce fait connaître en 1982 pour avoir travaillé sur la radio pirate Ark en ciel FM avec le rappeur Lionel D. Vers la fin de l'année 1984, Dee Nasty publie son premier album Paname City Rappin'. L'album, désormais introuvable, est le premier du genre hip-hop auto-produit en France. Au dos de la pochette, Dee Nasty laisse son numéro de téléphone personnel. Premier album de rap français et pratiquement unique représentant du hip-hop old-school en France avec, entre autres, le titre Metro Scratch, qui est une bonne description des débuts de la culture hip-hop française, uniquement représentée jusque-là par le graffiti et la breakdance.<br /> <br /> En 1985, il se fait connaitre d'un public plus large en organisant les défis hip-hop du terrain vague de La Chapelle, en insérant des flyers (petits prospectus) dans les pochettes des disques funk et hip-hop américains.
Répondre
S
J'ai été à cette exposition avec mon petit frère, c'était magique, une journée merveilleuse à la philharmonie de Paris...
Répondre
J
Pas encore été de mon côté ; normalement c'est pour bientôt
S
Légendaire
Répondre