Publié le 7 Février 2021

Ni barreaux, ni barrières, ni frontières (EP) - cover front - 113

Premier projet (EP) du groupe 113 sorti en 1998.

1. Prologue EN ECOUTE
2. Jack-potes EN ECOUTE
3. Truc de fou featuring Doudou Masta EN ECOUTE
4. Tome II EN ECOUTE
5. Parti en fumée (l'esprit ruff) EN ECOUTE
6. Les évadés featuring Mokem, OGB et Rohff EN ECOUTE
7. Tome III EN ECOUTE
8. Le quartier est agité (Remix - Mysta D) EN ECOUTE
9. Association featuring Kery James (Ideal J) EN ECOUTE
10. C'est ici que la vie commence featuring Different Teep EN ECOUTE
11. Têtes brûlées EN ECOUTE
Ni barreaux, ni barrières, ni frontières (EP) - cover back - 113

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 6 Février 2021

Omax6mul (logo) - Alexis Onestas - le rap c'était mieux avant
Alexis Onestas (Omax6mum) - le rap c'était mieux avant

Alexis ONESTAS est né en 1982 et grandit dans le centre ville, d'Epinay sur Seine. Jeune, il veille tard avec ses frères pour visionner l'émission Rapline d'Olivier Cachin (M6) ; Alexis prend une claque lorsqu'il voit la diffusion du clip Le pouvoir des NTM tourné en bas de chez sa tante à Saint-Denis.  Il pratique rapidement toutes les disciplines du hiphop (danse, tag, rap...), avant de se concentrer sur l'écriture et le rap, influencé par son frère (Tony Grenaille). Une fois les premiers textes rédigés, il prend le pseudonyme de Omax. En parallèle, de ses hobbies, il apprend en cours le principe de dépôt d'une marque et enregistre sans réelle idée derrière la tête, à 16 ans, la marque Omax6mum, à l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Omax fera des scènes, en première partie et une apparition sur la mixtape Mc's en faktion de Pay'One et Saphyr, sortie en 1999. On retrouve sur cette mixtape, des noms comme Les Spécialistes, Agression verbale, Rockin'Squat, Octobre Rouge, Diam's, Sniper, IPM...

Cover mixtape MC's en Faktion volume 1 - Dj Pray One et Saphyr (1999) - le rap c'était mieux avant
Alexis Onestas (Omax6mum) - le rap c'était mieux avant

Lors d'un concours rap (open mic), Omax remporte la première place qui lui donne le droit de faire une scène avec d'autres rappeurs à la prison de Fleury-Mérogis (91). La semaine avant le concert, Omax se remet en question sur la nature de ses textes revendicatifs devant des condamnés et sa légitimité à faire son rap, puis retourner sagement à sa vie tranquille (cours, rap, dodo). Sa décision sera d'arrêter le rap et de le promouvoir à travers un fanzine, nommé Omax6mum.

Omax se lance dans la presse HipHop et crée son fanzine "Omax6mum" à l'image de sa référence Sear (Authentik et Get Busy). Les articles sont écrits sur l'ordinateur familial et agrafé à la main.

Ordinateur familiale (Alexis Onestas) - Omax6mum - le rap c'était mieux avant - Epinay sur Seine

Le premier numéro (enfin le numéro 0) sera consacrer aux rappeurs d'Epinay sur Seine qu'il côtoie. La couverture sera naturellement consacrée au rappeur spinassien le plus célèbre, Busta Flex. Ensuite en quête d'en faire les suivants et surtout à une échelle plus étendue, le jeune Omax se pose à Châtelet et attend le passage de rappeurs (Heureusement que Fabe est passer par là ce jour là). Ensuite, il commence à se faire une petite réputation dans l'underground parisien et les connections sont plus simples. Le fanzine grandi en notoriété et le 3ème opus (enfin le 2ème) sera consacrer au collectif BOSS. Le courant passe bien avec JoeyStarr qui lui laisse les portes ouvertes  de son studio pour assister à l'émission SkyBOSS et rencontrer de nouveaux artistes. Les maisons de disques ouvrent également leurs portes pour faire la promotion de leurs artistes. Grâce aux petits boulots de gauche à droite (serveur dans un restaurant parisien, distribution de flyers hiphop, puis responsable communication au sein de l'agence Urban Act...), Omax continue d'interviewer, de photographier, d'écrire, mettre en page, d'imprimer et distribuer son œuvre. Au total, il y aura eu neufs numéros avec des interviews de Rocca, Kool Shen, Matt, Lord Kossity, Factor X, Busta Flex, Don Choa...

Omx6mum n°4 (Alexis Onestas) - le rap c'était mieux avant
Omax6mum n°6 (Alexis Onestas) - le rap c'était mieux avant

 

Avec l'arrivée d'internet, il monte son site internet Omax6mum, qui fera la promotion des événements parisiens et continue le journalisme avec Rachid Santaki sur Hiphop.fr (version numérique et papier) et 5Style et aussi sur Get Busy avec Sear.

Ensuite, Alexis se rapproche de Sully Sefil qu'il avait rencontré lors d'une précédente interview pour travailler ensemble sur le développement de sa marque Royal wear. Alexis ne lâche pas les études et passe une Licence information communication. Niveau communication et développement, Alexis aura carte blanche avec campagnes de publicités dans le métro et à la télévision, soirées promotionnelles avec Snoop Dogg (qui enregistra un morceau pour la marque dans les studios situés au dessus du magasin),... et même création d'un parfum (qui recevra un prix Marionnaud devant de grands noms de maisons de couture).

Après 4 ans, l'histoire Royal wear se termine ; Alexis s'associé avec Didier Piquionne (rencontré chez Urban Act) pour créer Make It Clap Communication pour promouvoir des événements urbains et caribéens. L'agence aura l'occasion de produire les concerts parisiens de Rick Ross, Anthony Hamilton, Kassav, Admiral T... ou de travailler avec la marque Reebok. Pendant 7 ans, une grosse partie du travaille a été consacrée aux soirées Hip hop Loves Soul.

Au bout de 10 ans de stress, il revend ses parts pour monter Omax6mum Communication.

Omax6mum (logo) - Alexis Onestas -  le rap c'était mieux avant

Sa renommée n'est pas à faire et des artistes déjà célèbres lui font confiance comme : The Game, Snoop Dogg, 50Cent, JoeyStarr, les Neg'Marrons, Alpha Wann...

 

Actuellement, Alexis est à la tête de trois agences : Omax6mum (urbain), Environnement (pop) et Ublo (afro-caribéen). Il donne des cours d'"économie numérique" à la Sorbonne 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Février 2021

L432 (compilation rap français) - cover front - le rap c'était mieux avant

Compilation sortie en 1997 sur le label Island Records.

1 Expression Direkt - La Roue Tourne EN ECOUTE
2 Lunatic - Les vrais le savent EN ECOUTE
3 Polo - Ma monnaie blesse EN ECOUTE
4 Ärsenik - Rimes et châtiments  
5 Oxmo Puccino featuring Booba - Pucc' Fiction EN VIDEO
6 Lady Laistee - Limpact net EN ECOUTE
7 Ideal J - Cash Remix EN ECOUTE
8 Casey - La parole est mienne EN ECOUTE
9 La squadra - Là d'où l'on vient EN ECOUTE
10 Ekoué, Polo et Casey - Pour un freestyle EN ECOUTE
11 Busta Flex - Le zedou   
12 Lady Laistee - L'impact net EN ECOUTE
13 Emmigrands - La method EN ECOUTE
14 Expression Direkt featuring Abuz- Il bois pas, il fume pas mais il cause EN ECOUTE
15 Afro Jazz - Afro Jazz EN ECOUTE
L432 (compilation rap français) - cover back - le rap c'était mieux avant

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Février 2021

Les liens sacrés (le sol - le sang - la rue) - cover front - le rap c'était mieux avant

Compilation Les liens sacrés sorti sur le label Alariana qui annonçait les débuts de la Mafia K'1 Fry.

1. Ideal J - Une vie de malheur EN ECOUTE
2. 113 clan feat Jessy James, Lil Jahson, Mista flo et Yezi l'escroc - Squat EN ECOUTE
3. Manu Key - Très peu d'amis EN ECOUTE
4. 113 feat Mokem, OGB et Rohff - Les évadés (Remix) EN ECOUTE
5. D. Teep - Ca vient de chez nous EN ECOUTE
6. Dj Mehdi - Smoking karla EN ECOUTE
7. Mafia k'1 Fry (Karl, Kery James et Rim'K) - Je désole mes parents EN ECOUTE
Les liens sacrés (le sol - le sang - la rue) - cover back - le rap c'était mieux avant

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 2 Février 2021

mixtape PSG (Pur Son Ghetto) - Dawala - 2001 - le rap c'était mieux avant

Mixtape parisienne à l'initiative de Dawala. Le PSG a été pour l'occasion rebaptisé en Pur Son Ghetto ; on retrouve des freestyles de purs parisiens et banlieusards, avec pour point commun, supporter du Paris Saint-Germain.

 

La mixtape compte des tête d'affiche comme Lino, Kery James, Oxmo Puccino ou Rohff.

FACE A 
A1 - DJ Cream 
A2 - Intouchable 
A3 - Lino (Ärsenik)  
A4 - Samboufou & A.P. (113
A5 - Oxmo Puccino (Time Bomb) 
A6 - Rohff (Mafia k'1 Fry
A7 - Le Célèbre Bauza  (Time Bomb) 
A8 - La Case Nègre 
A9 - Dawala 
A10 - Less' Du Neuf 
A11 - Dioxid 

FACE B 
B1 - 113 (Rim'K, Mokobé et A.P.
B2 - Oxmo Puccino 
B3 - Papou & Rohff  (Mafia k'1 Fry
B4 - MC Jean Gab'1 & Hoche 
B5 - Blackara (Los Jaurès) 
B6 - Avocat 
B7 - Eklypse (Dicidentes) 
B8 - Graille 
B9 - Souly Man 
B10 - Galsen 
B11 - Salade De Nègre 
B12 - Kery James (Ideal J

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 1 Février 2021

IV My people (Kool Shen, Zoxea, Serum, Lord Kossity et Salif) - cover front - le rap c'était mieux avant

Premier projet (EP) de IV my people sorti en 1999.

1. Intro EN ECOUTE
2. Eenie, meenie miny mo EN ECOUTE
3. Présent tant qu'mes gars en veulent (ouais ouais) EN ECOUTE
4. Rien à prouver EN ECOUTE
5. Rap et drogue EN ECOUTE
6. Ourto EN ECOUTE
IV My people (Kool Shen, Zoxea, Serum, Lord Kossity et Salif) - cover back - le rap c'était mieux avant

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 31 Janvier 2021

Nakk Mendoza - Début E.P. (2002) - le rap c'était mieux avant

Premier projet (EP) du rappeur Nakk. Début E.P. est sorti en 2002.

1. Les yeux ouverts EN ECOUTE
2. La tour 20 EN VIDEO
3. Surnakkurel 2 EN ECOUTE
4. Keskya EN ECOUTE
5. Un morceau EN ECOUTE
6. Boboche connexion feat Les 10' EN ECOUTE

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Janvier 2021

Initialement, The Source est un média américain créé en 1988 dans un dortoir universitaire à Boston par deux amis blancs (David Mays et Jon Shecter) qui souhaite promouvoir la jeune culture hip hop dont ils sont friands. 

The Source (newsletters) - le rap c'était mieux avant

Le support du premier numéro était une lettre d'information (newsletter), à l'image de la Zulu letter. Ed Young rejoint l'aventure.

L'idée du magazine mensuel en couleur vient lorsque les amis décrochent une interview du rappeur LL Cool J. La ligne directrice sera la musique hip-hop, la culture et politique.

Le magazine déménage à New-York, en 1990. Au fil des années, diverses rubriques se développent et sont fortement suivies la fameuse "Unsigned Hype" qui présente les rappeurs talentueux non signés en major et "Record Report" qui note les nouvelles sorties d'albums sur 5 (mics) ; pour cette dernière, les critères sont les suivants : 1 micro (totalement wack), 2 micros (a besoin d'aide), 3 micros (bon, vaut le détour), 4 micros (satisfaction définitive) et 5 micros (classique du hip-hop) - avec le nombre grandissant de sorties d'albums, des demi-points ont été rajoutés pour mieux distinguer la qualité.

 

Le magazine édite en moyenne dix numéro par an et compte au meilleur de sa forme, environ 8 millions d'exemplaires (2006).

The source (magazine) - Ice Cube - le rap c'était mieux avant
The Source (US magazine) - The magazine of hip-hop music, culture & politics - le rap c'était mieux avant

 

5 mics (The source) - le rap c'était mieux avant

Seulement 15 albums peuvent se targuer d'avoir obtenu les 5 mics lors de leur sortie :

- People's Instinctive Travels and the Paths of Rhythm - A Tribe Called Quest
- Let the Rhythm Hit 'Em - Eric B. & Rakim
- AmeriKKKa's Most Wanted - Ice Cube
- One for All - Brand Nubian
- De La Soul Is Dead - De La Soul
- The Low End Theory - A Tribe Called Quest
- Illmatic - Nas
- Life After Death - The Notorious B.I.G.
- Aquemini - Outkast
- The Blueprint -Jay-Z
- Stillmatic - Nas
- The Fix - Scarface
- The Naked Truth (en) - Lil' Kim
- Trill O.G - Bun B
- My Beautiful Dark Twisted Fantasy - Kanye West

 

Nota : mention spéciale à Nas qui a obtenu deux fois la meilleure note avec Illmatic et Stillmatic.

Unsigned hype (The Source) - le rap c'était mieux avant

Cette chronique apparait dans le numéro de mai 1990 ; pour se faire repérer, les artistes devaient envoyer une démo (format K7) accompagnée d'une photo. Parmi les plus célèbres apparitions, on peut citer :

- DMX (janvier 1991) 
- Common (octobre 1991) 
- Notorious BIG (mars 1992) 
- Capone & Noriega (octobre 1995) 
- David Banner & Kamikaze (juin 1996) 
- Eminem (mars 1998) 

The Source hip-hop music awards (second annuel) - le rap c'était mieux avant

A partir de 1994, la cérémonie annuelle The Source Hip-hop Music Awards Show est retransmise à la télévision. Ses premières éditions furent marquées par l'interruption de Tupac lors de la prestation d'A Tribe Called Quest ; l'année suivante par la pique de Suge Knight envers Puff Daddy ("Si vous ne voulez pas que votre manager soit sur vos albums ou dans vos clips, venez chez Death Row"). Les célébrations ne reprirent qu'en 1999, avant de connaitre des violences, l'année suivante ; résultat, hospitalisation de Dj Quick. Depuis, les cérémonies se sont déroulées sans le moindre souci.

La version française du magazine débute en 2003, avec Djazir ABELLA (directeur de publication), David DANCRE (rédacteur en chef), Edouard OROZCO (chef de rubrique) et Leila SY (direction artistique).

 

Bien que la France soit le second marché du hip-hop, les américains souhaitaient d'abord faire une version espagnole. Lors de leur voyage en France, ils ont été impressionnés, notamment par le professionnalisme (interviews, photos...) de l'équipe du magazine Track list

Booba (The Source FR) - le rap c'était mieux avant
La Caution (The Source FR) - le rap c'était mieux avant

 

Les rubriques restent les mêmes que le magazine américain avec des articles originaux traitant de l'actualité hexagonale et des articles de la version US traduits.

 

Le groupe La Caution fut le seul a obtenir la fameuse note de 5 micros pour leur double album, Peines de maures / Arc-en-ciel pour daltoniens.

La version française eu aussi le droit à l'article "Unsigned hype" à la sauce française ; on peut citer entres autres, Nasme et Sidi. O.

Unsigned hyper (The Source) - Nasme - le rap c'était mieux avant
Sidi. O - Unsigned hyper (The Source) - le rap c'était mieux avant

 

Fin 2005, les relations entre la France et les Etats-Unis se dégradent (surtout avec Benzino, depuis le départ de David Mays) ; Benzino souhaitait promouvoir des artistes français peu connus sans réellement connaitre le marché français et sortir (sur le même modèle américain), des compilations The Source (version FR) sans se soucier de la SACEM. Pour ne rien arranger aux choses, les ventes sont sur le déclin et BET décide l'arrêt de la diffusion du The Source Hip-hop Music Awards.

 

Après The Source, David DANCRE continue sont travail au sein de Track List... puis nouvelle aventure avec Loupe (le magazine des cultures, loisirs et sociétés).

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Janvier 2021

Vapeurs toxiques : l'histoire du projet (Making of) - Don Choa

Le nom de l'album Vapeurs toxiques est au pluriel et inspiré par la catastrophe de l'usine AZF (Don Choa est originaire de Toulouse) et par la marijuana. Il est le premier album solo de Don Choa qui l'enregistré en 3 mois et sorti le 25 septembre 2002.

 

L'album sort en France, chez Small, aux formats CD et vilyles (2xLP) et chez Les disques MONT REAL Inc. pour le Canada.  Une réédition en vinyle sort en 2017, chez Sony Music.

Les productions sont assurées par Pone (Fonky Family), Le Rat Luciano, Kore & Skalpovitch et Boussad Badji & Edwyn "Mnemonic" Mac Lennan. En featuring, on retrouve la Fonky Family sur le morceau Jusqu'au bout, Dadoo (qui vient aussi de Toulouse) sur Sale sud, Yaniss Odua et Liberty King sur Young men, Le Rat Luciano et Faby sur Jardin secret.

Voir les commentaires

Rédigé par Johney Perkins

Publié dans #Don Choa, #making of Vapeurs toxiques, #Fonky Family

Repost0

Publié le 27 Janvier 2021

De son nom Mohamed DIA, jeune de Sarcelles qui travaille comme médiateur dans sa ville ; en parallèle de son activité, influencé par les sapes américaines (dont FUBU), il invente la marque DIA (création du logo, puis d'un prototype) au milieu des années 90. Ses potes d'enfance sont Lino, Kenzy, Stomy Bugsy... Alors quand leur carrière explose, Mohamed puise dans ses économies pour faire une centaine de sweats siglés par une petite entreprise de la zone franche de Sarcelles et les distribue à ses potes qui se font un plaisir de poser avec lors des shooting photos.

Officialisée en 1998, Mohamed fait réaliser ses vêtements et les distribue au principaux rappeurs de sa ville dont ceux du Secteur Ä (Ärsenik, Neg'marrons...) et Pit Baccardi.

 

Franck Kalfon flaire le bon coup et propose à Mohamed, un coup de main pour développer son business.

M. DIA collection - Neg'marrons - Pit Baccardi - le rap c'était mieux avant

Avec cette publicité gratuite, la marque est rapidement reconnue et se vend bien ; ce qui rend Mohamed DIA, riche. Pour optimiser ses rentrées d'argent, Mohamed délocalisé sa production dans le sentier, ce qui ne plait pas à plusieurs personnes de Sarcelles.

Mohamed est tout de même présenté par les médias comme un modèle de réussite de banlieue et est invité sur les plateaux de télévision (Capital, Tout le monde en parle...). Suite à ses passages, il se fait rayer des liste des emplois jeune de Sarcelles pour double emploi.

La marque intègre le groupe JAJ Distribution (distributeur européen des marque Levi's et Schott). 

Tariq Abdul-Wahad (NBA by DIA) - le rap c'était mieux avant

Un soir, il est victime d'un règlement et se prend deux décharges de fusil de chasse dans le dos ; ce qui le contraint a s'exiler aux Etats-Unis.

 

Lors d'une interview dans un magazine de basket, son parcours atypique, intéresse la Nationale Basketball Association (NBA).

En 2001, il signe un accord de licence avec la NBA (NBA by DIA) et sponsorise Tariq Abdul-Wahad (premier joueur français en NBA).

Avec ces accords, la marque est connue à l'échelle mondiale. 

 

 

Ärsenik (Lino et Calbo) - Quelque chose a survécu... - le rap c'était mieux avant

En 2002, cette fois, il paie le groupe Ärsenik pour qu'il porte ses vêtements sur la couvertures de leur second album Quelque chose a survécu...

 

En 2003, Mohamed produit une compilation R&B avec Fun radio. On y retrouve Leslie, Singuila, Willy Denzey, Jango Jack, Donia...

 

Il faudra attendre 2006, pour voir la boutique en ligne (Havas Sports).

Deux ans plus tard, il lance en collaboration avec Wyclef Jean, la collection Refugees by Mohamed Dia.

En 2009, Mohamed revient en France avec le projet DIA 7 (vêtements connectés avec Microsoft). Puis, c'est la déclin de la marque. Mohamed revend discrètement sa marque à Jean-Luc Errant sans prévenir son groupe et Franck Kalfon qui ont trouvé des accord pour sponsoriser le Rugby Club de Toulon, le club de football de Boulogne-sur-Mer et la Fédération Française de Ski. La marque est placée en liquidation judiciaire en 2011.

 

Bien que Mohamed DIA soit grillé au sein de la profession, il rebondi en 2016 avec sa marque Dia himself et tourne lui-même dans les publicités qui passent sur les petites chaines de la TNT.

Voir les commentaires

Rédigé par Johney Perkins

Publié dans #M. Dia, #DIA, #Mohamed Dia, #DIA7, #NBA by Dia, #streetwear, #Sarcelles

Repost0