Dia

Publié le 27 Janvier 2021

De son nom Mohamed DIA, jeune de Sarcelles qui travaille comme médiateur dans sa ville ; en parallèle de son activité, influencé par les sapes américaines (dont FUBU), il invente la marque DIA (création du logo, puis d'un prototype) au milieu des années 90. Ses potes d'enfance sont Lino, Kenzy, Stomy Bugsy... Alors quand leur carrière explose, Mohamed puise dans ses économies pour faire une centaine de sweats siglés par une petite entreprise de la zone franche de Sarcelles et les distribue à ses potes qui se font un plaisir de poser avec lors des shooting photos.

Officialisée en 1998, Mohamed fait réaliser ses vêtements et les distribue au principaux rappeurs de sa ville dont ceux du Secteur Ä (Ärsenik, Neg'marrons...) et Pit Baccardi.

 

Franck Kalfon flaire le bon coup et propose à Mohamed, un coup de main pour développer son business.

M. DIA collection - Neg'marrons - Pit Baccardi - le rap c'était mieux avant

Avec cette publicité gratuite, la marque est rapidement reconnue et se vend bien ; ce qui rend Mohamed DIA, riche. Pour optimiser ses rentrées d'argent, Mohamed délocalisé sa production dans le sentier, ce qui ne plait pas à plusieurs personnes de Sarcelles.

Mohamed est tout de même présenté par les médias comme un modèle de réussite de banlieue et est invité sur les plateaux de télévision (Capital, Tout le monde en parle...). Suite à ses passages, il se fait rayer des liste des emplois jeune de Sarcelles pour double emploi.

La marque intègre le groupe JAJ Distribution (distributeur européen des marque Levi's et Schott). 

Tariq Abdul-Wahad (NBA by DIA) - le rap c'était mieux avant

Un soir, il est victime d'un règlement et se prend deux décharges de fusil de chasse dans le dos ; ce qui le contraint a s'exiler aux Etats-Unis.

 

Lors d'une interview dans un magazine de basket, son parcours atypique, intéresse la Nationale Basketball Association (NBA).

En 2001, il signe un accord de licence avec la NBA (NBA by DIA) et sponsorise Tariq Abdul-Wahad (premier joueur français en NBA).

Avec ces accords, la marque est connue à l'échelle mondiale. 

 

 

Ärsenik (Lino et Calbo) - Quelque chose a survécu... - le rap c'était mieux avant

En 2002, cette fois, il paie le groupe Ärsenik pour qu'il porte ses vêtements sur la couvertures de leur second album Quelque chose a survécu...

 

En 2003, Mohamed produit une compilation R&B avec Fun radio. On y retrouve Leslie, Singuila, Willy Denzey, Jango Jack, Donia...

 

Il faudra attendre 2006, pour voir la boutique en ligne (Havas Sports).

Deux ans plus tard, il lance en collaboration avec Wyclef Jean, la collection Refugees by Mohamed Dia.

En 2009, Mohamed revient en France avec le projet DIA 7 (vêtements connectés avec Microsoft). Puis, c'est la déclin de la marque. Mohamed revend discrètement sa marque à Jean-Luc Errant sans prévenir son groupe et Franck Kalfon qui ont trouvé des accord pour sponsoriser le Rugby Club de Toulon, le club de football de Boulogne-sur-Mer et la Fédération Française de Ski. La marque est placée en liquidation judiciaire en 2011.

 

Bien que Mohamed DIA soit grillé au sein de la profession, il rebondi en 2016 avec sa marque Dia himself et tourne lui-même dans les publicités qui passent sur les petites chaines de la TNT.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Légendaire
Répondre