ministere amer

Publié le 10 Juin 2020

Le rap ? Une parole violente, une chronique sociale sans complaisance à l’heure du politiquement correct et du consensus mou. Vingt ans après ses premiers balbutiements dans les quartiers populaires de New York, il s’est imposé au-delà des frontières.

Ce film circule dans cinq villes différentes pour des rencontres avec des rappeurs poussés par les mêmes motivations. Dans Paris et sa banlieue, Marseille et ses quartiers, Alger, Londres ou Berlin, ils bougent, jouent, enregistrent, enseignent… En dehors de tout cadre promotionnel, ces hérauts du hip hop, IAM, La Rumeur, Ministère AMER, Fonky Family, Roots Manuva, Jonzi D, Hamé… parlent du rôle du rap, de l’environnement dans lequel il est né, de l’ennui, du sentiment de faire partie d’une génération sacrifiée, de la drogue dans les quartiers, de l’immigration, des parents, des acteurs politiques et sociaux, de la police, de l’école, de l’écriture, de l’argent, de l’économie parallèle, de la violence…

Réalisé par Philippe Roizès

Je rap donc je suis

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mai 2018

Moda et Dan est un groupe de hiphop formé en 1992 par Daniel Fourneuf et Moda Diack.

De son vrai nom Daniel Fourneuf, Dan de Ticaret est né en 1960 et à grandi à Vitry sur Seine (Val de Marne). Jeune, il écoutait beaucoup Bob Marley et de la funk. A l'adolescence, il pratique le roller avec l'arrivé des walkman. Un hiver lors d'un séjour au ski, par hasard, il est dans la boite de la station au moment où le DJ annonce au patron qu'il est malade et qu'il ne pourra assurer la soirée ; le patron se tourne vers Daniel et lui propose de passer les disques. Daniel se débrouille bien et découvre le rap avec Deuce de Kurtis Blow suite à une écoute au préalable. De retour à Paris, il se met à la dance et abandonne ses rollers après avoir vu Crazy Legs Mister Freez (Rock Steady Crew) sur Paris (Bataclan) et Beat Street  au cinéma. L'été suivant, en vacances à Ibiza, il se fait repérer par le patron de la boîte Space par ses talents de danseur (breaker) qui lui propose de venir danser les nuits suivantes contre rémunération. Il reste ainsi deux mois et y rencontre ainsi DJ Fab qui lui fait du smurf. L'année suivante, toujours à Ibiza, DJ Fab ramène ses platines et lui fait découvir Run DMC et Beastie Boy. En tant que Dj dans une boite, Daniel met du Run-DMC et il y a un mec (Jhony Go) qui dit : « Putain mais c’est qui ce DJ qui met ce son-là, il déchire ! ». Jhony Go et Destroy Man préparaient leur premier album avec Dee Nasty et Jhony Go proposé à Daniel (aka Dan) d’être leur DJ. L'album sort et Daniel s'achète une boutique à Stalingrad en 1986 qui vend des vêtements ; avec le temps, il fournit des ceintures avec les blazes pour les taggers du terrain vague de la Chapelle et puis commence à commercialiser des articles hiphop et plus particulièrement des vêtements, vinyles (Ticaret) à Stalingrad. Il rencontre Khéops (IAM) qui lui apprends quelques techniques de scratch. Un jour, Mariano Beuve qui trouvait ce que faisait Jhony Go un peu trop enfantin demande à Dan s'il ne connait pas un groupe de rap hardcore. Dan lui parle du Ministère A.M.E.R. qu'il connaissait pour avoir vendu leur T-shirt siglé « A.M.E.R » à la boutique.

De son vrai nom Moda Diack, Moda est né en Décembre 1970 et grandi à Sarcelles (Val d'Oise) ; il est au collège avec Passi et tous les mercredis après midi, ils se retrouventsous les escalators du quartier des Flânades (centre commercial) pour danser, enchaîner les figures, impressionner et défier l’autre. Ils se mettent également au rap avec Hamed Daye le beatboxer Gary X. Ils forment les T.A.B. (pour « The Athletic Breakers »). Porté par la fougue de Moda, le groupe se structure et s’étoffe et monte l'association A.M.E.R. Posse. Le petit groupe se fait un nom et investit les scènes des environs. Au sein de cette association débarque notamment un mec à lunettes venu de la ville voisine de Garges, un certain Kenzy, doux rêveur persuadé de pouvoir créer un jour un grand label de rap, ainsi qu’un jeune danseur du cru qui se fait appeler Stomy Bugsy.  Tous les week-ends, la petite bande répète à la MJC des Vignes Blanches et pose sur des instrus ficelées par DJ Desh (le seul type du coin à posséder des platines). Ensemble, ils façonnent un rap énervé, offensif, pétri de références qui dézinguent le système, de Malcolm X à Frantz Fanon. Sous la nouvelle bannière du Ministère A.M.E.R., les garçons de Sarcelles crèvent l’écran et le micro. Invité dans les studios de Radio Nova (émission Deenastyle de Dee Nasty et Lionel D), Moda ébouriffe son monde avec des phases farcies de double rimes tandis que ses potes vitupèrent en direct. Il faut les secouer pour rendre l’antenne. Bientôt, Kenzy, qui s’est imposé comme le manager du groupe, s’organise pour enregistrer leur premier maxi. Dans le petit studio de banlieue. La sortie du maxi Traîtres, en 1991, déclenche une vague d’hystérie à Sarcelles. Pour la première fois, des jeunes portent haut les couleurs de la ville. Dans les rues, on se sent fier d’être du coin. Ils sont, de fait, des dizaines à se rameuter quand les caméras de M6 débarquent pour tourner un clip avec le groupe. Avec la diffusion de ce dernier, la France découvre la tambouille souffreteuse qui bouillonne dans ses quartiers : le clip de «Traîtres» est le premier du genre à mettre en scène des hordes de minois énervés brassant de l’air en bas des tours. Un exercice de style qui vaut au Ministère A.M.E.R. de se retrouver dans le viseur des Renseignements Généraux. Ce succès a aussi un autre revers car le groupe est vindicatif et les maisons de disques préféraient plutôt le rap poétique façon MC Solaar . Résultat : aucune maison de disques ne souhaite signer le groupe qui reste tristement moulé dans le bitume de son quartier. Ensuite, l’époque est à la dispute. Moda et Kenzy, dont l’emprise sur le groupe devient de plus en plus nette, se chamaillent régulièrement sur la stratégie à adopter, sur la direction à prendre. Un conflit d’égo entretenu par une différence dont la symbolique ne parle qu’aux seuls initiés. En 1992, un an après la sortie du fameux maxi, Mariano Beuve, le producteur du groupe, parvient à trouver un deal pour lancer l’enregistrement d’un album. Les débuts de cette nouvelle aventure sont chaotiques : Moda tire la gueule, Hamed Daye est parti tenter sa chance sur les terrains de basket et Stomy Bugsy vient d’être réquisitionné pour le service militaire sur une base de l’armée de l’air en Alsace. Après s’être fait passer pour un fou en avalant une plaquette de cachets, le rappeur finit par être réformé et rejoint sa petite troupe. Suite à une énième discussions entre Mariano et Moda, la tension monte et Moda informe tout le monde qu'il quitte le groupe et exige que sa voix soit effacée des bandes. Kenzy était très énervé car l'album  Pourquoi tant de haine était pratiquement terminé et que la sortie était prévue dans deux semaines. Passi et Stomy Bugsy ont dus réenregistrer tout l'album dans l'urgence.

Après avoir présenter le Ministère A.M.E.R. à Mariano, Dan de Ticaret devait de son côté préparer des musique pour l'album de Ministère A.M.E.R. mais voit arriver Moda qui lui annonce qu'il a quitter le groupe et qu'il souhaite que Dan lui fasse des musique. Les deux comparses se retrouvaient tous les soirs pour travailler sur les morceaux. Étienne de Crécy (ingénieur du son) qui travaillait à Plus XXX leurs donnait les accès au studio aux heures de fermetures pour qu'ils enregistrent un six titres concept qui finalement n'est jamais sortis (à part « Propre ou malpropre »). Puis un jour, Tefa passe à la boutique Ticaret et les informe que Jimmy Jay et Solaar préparent un compilation et qu'ils cherchent des bons rappeurs. Moda et Dan font passer une cassette avec trois titres ("Moda et Dan s'ennuie") que Jimmy Jay apprécie et veut absolument sur sa compilation Cool sessions. Le morceau est devenu l’un des trois singles, avec Ménélik notamment. Le son tournait en boucle sur radio Nova et la maison de disque souhaite en faire un clip. Jimmy Jay veut signer Moda et Dan mais ces dernier refuse car ils ne voulaient pas être dirigés par MC Solaar. Devant cet échec Jimmy Jay ne voulait plus faire la promotion du morceau de Moda et Dan. Le morceau s'est tout de même bien vendu et l'argent a été investi pour monter un studio dans le sous-sol de la boutique Ticaret. Passi et Stomy Bugsy sont venus voir Moda pour qu'il leur présente Jimmy Jay mais ce dernier n'a jamais voulu, Kenzy s'en souviendra. En 1994, ils souhaitent sortir le maxi Ça se passe comme ça avec comme invités les Sages Po’, Driver, Kybla, Eben (futur 2Neg),…Le maxi a été pressé en indépendance en Angleterre à 500 exemplaires. Suite à des concerts, ils rencontrent le manager de la Brigade qui réussi a leur avoir un rendez-vous avec la directrice artistique de Columbia (Sony musique). Kenzy et Stomy Bugsy la connaissaient et cette dernière a donc refusé au dernier moment de les recevoir. Suite à cet échec, Moda et Dan n'ont jamais été signé en maison de disque. La Cliqua passait souvent dans les studios de Ticaret et leur présente Lunatic était un sous-groupe de Coup d’État Phonique qui était lui-même un sous-groupe de La Cliqua. C'est comme ça que Elie Yaffa (Booba) fait sont stage à Ticaret pour son BEP vente à cette période. Booba garda une grande estime pour Dan et voulait que la musique du crime paie soit produite par Dan, mais Ali n'aimait pas les premières versions des divers instrumentaux. Dan se consacrait plus à sa boutique et vendait beaucoup de vinyles en provenance direct de New-York via Spank (Kheops (IAM), Faster Jay (Alliance Ethnik), Dee Nasty, Cut Killer, DJ James et Goldfingers  étaient aux aguets à chaque arrivage), mixtapes (Cut Killer a été le premier à déposer des mixtapes. Celles qui ont eu le plus gros succès, c’est Ménage à 3, Lunatic et La Cliqua), tee-shirts sérigraphiés, places de concerts, des blousons en jean avec le graff dans le dos, des colliers, des fanzines, des disques venant de Jamaïque, … De son côté, Moda se consacre à fond dans la musique. Dans leur studio du sous-sol, ils reçoivent beaucoup de rappeurs afin de leur donner un coup de pouce pour enregistrer. DJ Mehdi y a passé une bonne période à enregistrer des maquettes avec Kery James pour leur premier album, Original MC’s. En 1996, ils sortent en indépendant chez Night & Day l'album Thèse / Anti-Thèse (Neg de la peg). En 1997, Dan ouvre une seconde boutique aux Halles et un stand aux puces de Clignancourt pour vendre des sneakers. Joey Starr (NTM) a également essayé d'aider Dan en lui donnant de l'argent mais quelques mois plus tard la boutique a fermée. Suite à l'ouverture en 2000 de foot Locker aux Halles, la boutique de Ticaret ne fait pas le poids.

Depuis Dan est DJ résident le week end au réservoir. De son côté Moda a quitté le milieu hiphop et est électricien.

 

Moda et Dan - Moda et Dan s'ennuient

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Mai 2018

Hamed Daye est né le 30 décembre 1971 à Paris, de parents maliens. Il passe une partie de son enfance dans le quartier parisien de Belleville avant de s'installer avec sa famille à Sarcelles (Val-d'Oise), en 1982. Fan entre autres de hip-hop et de basket-ball, il participe à la création de l'association AMER et du AMER Posse, les deux structures qui donneront naissance au groupe Ministère AMER. En 1991, le groupe publie un premier EP de trois titres (Traîtres, Au-dessus des lois et Le droit chemin) au label Musidisc. Hamed Daye y est crédité comme manager et concepteur du logo. Sa réputée « voix de basse » sert essentiellement pour les refrains des morceaux. Il participe à quatre titres de 95200.

En 1995, Hamed Daye participe au morceau culte de Ministère AMER : Sacrifice de poulet dans lequel il interprète l'intro et le refrain de ce morceau polémique qui vaudra indirectement au Ministère AMER d'être condamné par la justice. Très impliqué aux côtés des deux leaders du Ministère AMER (Passi et Stomy Bugsy), Hamed Daye apparaît sur plusieurs titres de leurs albums et les accompagne en tournée en 1996. Il intervient sur les refrains de morceaux tels que Le maton me guette de Passi, ou Mes forces décuplent quand on m'inculpent de Stomy Bugsy. Il fait très naturellement partie des membres fondateurs du collectif Secteur Ä (avec Ärsenik , les Neg' marrons , etc.) et apparaît sur différents morceaux collectifs, tels que Tel une bombe, Bugsy et son gang dégomment ou encore J'avance pour ma familia. Il fait également partie des dix artistes à représenter le Secteur Ä à l'Olympia, les 22 et 23 mai 1998. Un double CD Live est tiré de cette prestation. Hamed Daye y apparaît à plusieurs reprises.

En 1998, Hamed Daye s'impose en solo grâce au single Indépendance Daye (avec Lino) issu de la compile Hostile Hip-Hop 2. Ce morceau vaut à Hamed Daye une certaine renommée, et lui permet de commencer à travailler sur son album. En 1999, le morceau, L'An D. Mille est réalisé et présenté sur Skyrock mais il ne fera pas partie de l'album. D'abord produit par Issap Production, le label de Passi, Hamed Daye décide de travailler avec Epic/Sony pour cet album solo. Le premier album solo de Hamed, L'or noir, est publié en 2001 et fait participer Stomy Bugsy, Passi ainsi que de Tony Truand, membre fondateur d'Ärsenik.

Après 2001, Hamed Daye se fait plus discret dans le monde de la musique. Très proche de Stomy Bugsy, il co-anime avec ce dernier (et le remplace parfois), l'émission West-CoastLa sur Skyrock. L'émission sera diffusée jusqu'en 2004. En 2003, il collabore à trois titres de l'album Quatrième Round de Stomy Bugsy. Tous deux réalisent également ensemble pour représenter les groupes Plan B (morceau L'Instinct) ou Ministère Amer (morceau Sacrifice II). En 2007, il retrouve les autres membres du Secteur Ä pour deux collaborations incluant Pas 2 limite (inclus sur le street-album Révolution de Passi et sur l'album Rimes Passionnelles de Stomy Bugsy) et Come Back Remix avec notamment Pit Baccardi, Lino et Stomy Bugsy. Il semble se faire plus discret depuis cette date.

 

Hamed Daye feat Faya D and Tippa Irie - Exodus

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 25 Avril 2018

De son vrai nom Gilles Duarte, Stomy Bugsy est né le 21 mai 1972 à Paris de parents capverdiens. Il grandit à Sarcelles (Val-d'Oise) avec ses cinq frères et sœurs (actuellement, sa soeur Pauline Duarte est chef de projet chez Def Jam France). Son oncle est champion de boxe thaï Aurélien Duarte, le petit Gilles pratique très tôt la boxe. C'est ami d'enfance sont Passi et Hamed (Daye) ; il compte également parmi ses copains l'animateur Cyril Hanouna et le producteur de cinéma et de musique Rachid Kallouche dit Jean-Rachid. Dans les années 1980, il commence le hiphop par la danse (il participe à l'émission HIPHOP de Sidney) avant de s'orienter vers le graffiti. Son nom d'artiste, tout d'abord Stomy B. (Stomy Bugzy) - Bugsy vient du parrain de la mafia américaine Bugsy Siegel et Stomy du premier label de rap américain à succès, Tommy Boy Records, désormais Tommy Boy Entertainment.

Gilles Duarte a fait quelques apparitions avec Styler (Passi), Moda et Kenzy dans l'émission Deenastyle (animée par Dee Nasty et Lionel D le vendredi de 20h00 à 22h00 de fin 1988 à fin 1989) mais débute sérieusement dans le rap au début des années 1990 et change son blaze de Bugzy à Bugsy. Il fait partie des membres fondateurs du Ministère A.M.E.R. avec Passi, Hamed Daye. Le groupe se popularise grâce à son album 95200. Les titres Sacrifices de poulets et Brigitte, femme de flic, leur vaudront une condamnation pour provocation et incitation à la violence. Le politicien Charles Pasqua voulait à l'époque interdire la publication de leur album Pourquoi Tant de Haine.

En 1996, Stomy Bugsy se lance dans une carrière en solo, inspiré par le rap West Coast de Californie, et publie son premier album, Le Calibre qu'il te faut, qui atteint la 9e place des classements musicaux français, et est certifié double disque d'or. Il connaît un succès important avec le single Mon papa à moi est un gangster. En 1998, sa collaboration avec le Secteur Ä, collectif de rappeurs et de chanteurs de ragga pour la plupart amis d'enfance et originaires du Val-d'Oise, réunissant aussi Passi, Doc Gynéco, Hamed Daye, MC Janik et les groupes Neg' Marrons et Ärsenik, atteint ses sommets lorsqu'ils se produisent en concert les 22 et 23 mai à l'Olympia pour célébrer l'abolition de l'esclavage. Il sort la même année, Quelques Balles De Plus Pour... Le Calibre Qu'il Te Faut.

Après ces premiers succès, il sort 3 albums : 2000 : Trop jeune pour mourir - 2003 : 4è round - 2007 : Rimes Passionnelles. Il monte le groupe   MC-Mal Criado avec JP, Jacky Brown (Neg Marrons) et Izo.

Stomy Bugsy fait quelques passages par le cinéma, notamment dans Ma 6-T Va Crack-Er en 1997, 3 zéros en 2001, Le Boulet en 2002, Gomez et Tavarès (en 2003), Nèg maron en 2005, et dans la série télévisée Anna Meyer, assistante de choc en 2006. Après avoir tourné dans Gomez vs Tavarès, la suite de Gomez et Tavarès, il endosse le rôle du journaliste communiste martiniquais des années 1930 André Aliker dans le film Aliker sorti fin 2008 pour lequel il gagne en 2009 le prix du meilleur film de l'année aux trophées de la négritude (anciennement Césaires de la musique). En 2011, dix ans après Les Jolies Choses, Stomy Bugsy joue une nouvelle fois dans Bye bye Blondie, une adaptation d'un livre de Virginie Despentes, avec cette fois cette dernière à la réalisation. En 2014, il confie résider à Hollywood, aux États-Unis.

En 2014, pour les 20 ans du ministère AMER, une tournée est organisée. Son fils Bilal qu'on a vu dans le clip "Mon papa à moi est un gangster" commence à rapper cette même année sous le nom de Sonof. En 2015, le rappeur annonce un nouvel album intitulé Royalties, publié sur Internet en téléchargement payant le 27 avril 2015. Après la sortie de l'album, il publie le clip de sa chanson Les mains en l'air.

En 2017, il remonte sur scène pour la tournée de l'âge d'or du rap français avec entres autres Busta Flex, Ärsenik, Expression Direkt, Ménélik, Passi, X-men, 2 bal 2 neg, Assassin, Les sages poètes de la rue, Pit Bacardi, Neg Marrons...

En 2018 (pour les 20 ans de leur concert à l'Olympia), il remonte sur scène pour la tournée du secteur Ä avec Doc Gyneco, Ministère Amer, Passi, Ärsenik, Neg Marrons, Singuila, Mc Janik et Pit Bacardi .

 

Stomy Bugsy feat Passi - Drôle de vie

Stomy Bugsy feat Assia - Mes forces décuplent quand on m'inculpe

Stomy Bugsy - La vie c'est comme ça

Stomy Bugsy - Mon papa à moi est un gangster

Stomy Bugsy - Gangster d'amour

Voir les commentaires

Publié le 24 Avril 2018

De son vrai nom Bruno Beausir, Doc Gynéco est né le 10 mai 1974 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), de parents guadeloupéens. Dès l'enfance, il s'intéresse à la musique via différentes influences, bercé par la culture zouk antillaise de sa mère, la soul et le reggae qu'écoutent ses grands frères, et par la chanson française à texte qu'il découvre à la radio. Mais à l'adolescence, il est surtout un passionné de football auquel il joue pour un club amateur de la rue Championnet. À 16 ans, après le départ de son père (René Beausir  grandit avec sa mère, assistante sociale, et ses demi-frères et sœurs au 23e étage de la tour Mercedes de la Porte de la Chapelle du 18e arrondissement de Paris. Un quartier auquel il rendra très souvent hommage dans ses chansons. Puis il fait la connaissance d'un jeune boxeur qui pratique dans un club de son quartier, un certain Gilles Duarte qui deviendra plus tard Stomy Bugsy, avec qui il se noue vite d'amitié et qui lui présente un ami d'enfance, Passi.

Bruno commence ses aller-retours entre Porte de la Chapelle et Sarcelles, ville de la banlieue nord-parisienne d'où ses acolytes Stomy Bugsy et Passi sont originaires, dans un quartier surnommé la « Secte Abdoulaï ». À la fin des années 1980, il découvre la culture hip-hop qui commence tout juste à se développer en France, et voit ses deux amis fonder un groupe de rap avec d'autres Sarcellois (le gestionnaire Kenzy, le DJ Ghetch et les rappeurs Moda et Hamed Daye), le Ministère A.M.E.R., qui connaîtra plus tard la notoriété. Même s'il ne fait pas partie intégrante du groupe, mais plutôt du collectif qui l'entoure, Beausir les suit en studio d'enregistrement et lors des différentes représentations qu'ils donnent pour la promotion de leur premier disque. Il apparaît pour la première fois à leurs côtés en tant que simple figurant dans les vidéo-clips des titres Traîtres et S.O.S, réalisées en 1991 pour l'émission RapLine, présentée par Olivier Cachin sur M6. Admiratif et influencé par ses relations, il commence d'abord par écrire puis décide de rapper à son tour en prenant le pseudonyme Doc Gynéco (inspiré par un surnom que lui avaient donné ses amis vu sa passion pour le sexe féminin). Il effectue l'une de ses premières improvisations lors d'une émission consacrée au Ministère A.M.E.R. sur Radio Nova, mais c'est en 1994 sur le deuxième album du groupe, 95200, qu'il est invité à apparaître sur un premier titre, Autopsie. L'année suivante, il participe à l'enregistrement d'un des morceaux les plus controversés du rap français, Sacrifice de poulets (il y est crédité dans les chœurs), paru sur la compilation de musiques inspirées du film La Haine de Mathieu Kassovitz, et qui pour des questions juridique (le ministère de l'Intérieur a poursuivi le Ministère A.M.E.R. pour « provocation au meurtre ») marquera la fin du groupe pour de nombreuses années. C'est en fait pendant l'enregistrement du deuxième album de ses amis de Sarcelles qu'il a profité du studio où ils travaillaient pour enregistrer, la nuit, ses premières maquettes en solo sur des samples de Marvin Gaye ou d'autres tubes de la Motown, avec l'aide, à la réalisation, du producteur du Ministère A.M.E.R., Mariano Beuve. Après avoir envoyé ses premiers enregistrements à plusieurs maisons de disques, il se voit proposer un contrat par le groupe Virgin en 1994.

Doc Gynéco publie, à 22 ans, son premier album, Première consultation, en 1996. Peu attiré par le son des boîtes à rythmes ordinairement utilisées dans le rap français, Doc Gynéco impose à sa maison de disques que les compositions musicales de ses chansons soient majoritairement jouées par de vrais instruments. C'est donc dans un studio de Los Angeles, aux États-Unis, sous la direction du producteur et ingénieur du son américain Ken Kessie (qui a déjà travaillé avec Whitney Houston ou le groupe En Vogue) que l'album est enregistré par des musiciens de studio professionnels. L'album fait participer Passi, et le rappeur latino-américain El Maestro. Le style musical de Première consultation innove grâce à une sonorité pop, funk et soul, très influencé par le G-funk californien de Dr. Dre. Le flow mélodieux du Doc, presque chanté, le rapproche de la variété française (ce qu'il revendique sur le morceau Classez moi dans la variet') et soutient des textes aux thèmes urbains et aux références populaires, abordés entre humour, légère provocation et désenchantement. Soutenu par les radios grâce à une succession de tubes comme Viens voir le docteur, Nirvana, Né ici, Vanessa (en référence à Vanessa Paradis) ou encore sa déclaration passionnée au football, Passement de jambes, l'album devient l'un des plus grands succès de l'histoire du rap français avec plus d'1 millions d'exemplaires. À partir de cette période, Doc Gynéco participe activement à la promotion du Secteur Ä (contraction de Secte Abdoulaï). Ce collectif est créé par Kenzy réunissant des rappeurs et des chanteurs de ragga, dont la plupart sont amis d'enfance et originaires du Val-d'Oise ; il est aussi constitué de Passi et Stomy Bugsy, qui se sont lancés dans une carrière en solo couronnées de succès, Hamed Daye, MC Janik ainsi que les groupes Ärsenik et Nèg' Marrons. Doc Gynéco, qui est le premier à connaître la notoriété, apparaîtra avec les membres du collectif sur disques afin de les mettre en lumière. Il est aussi sur scène invité par des artistes aux univers différents comme les Rita Mitsouko, Julien Clerc, Tonton David ou Les Enfoirés.

En 1998, il produit la compilation Liaisons dangereuses qui lui permet de mettre en avant de nombreux artistes pour la plupart inconnus du grand public à l'époque (plusieurs membres du Secteur Ä mais aussi MC Jean Gab'1, Pit Baccardi, Mafia Trece, Assia, La Clinique, La Rumeur, etc.). Il fait aussi participer des invités inattendus comme Catherine Ringer des Rita Mitsouko aux vocalises sur un morceau, le chanteur Renaud pour une reprise rap de son titre Hexagone en duo avec le Doc, ou encore le rappeur Rockin' Squat du groupe Assassin en collaboration avec Calbo d'Ärsenik. Le disque ne comporte que cinq chansons interprétées par Doc Gynéco, dont notamment le duo C'est Beau La Vie avec l'homme d'affaires Bernard Tapie, qui tentait un retour dans les médias à sa sortie de prison. Pour les compositions musicales, le Doc fait de nouveau appel à de vrais musiciens et décide de reprendre certains morceaux de rock comme Hey Joe de Jimi Hendrix ou les arrangements de Summertime par Janis Joplin.

Sur l'unique morceau en solo qu'il se réserve, L'homme qui ne valait pas dix centimes, il fait appel à un groupe de mariachi et évoque de façon lucide son succès aussi soudain que fragile, tout en se montrant très amer avec sa maison de disque. C’est aussi l’année des Dix petits nègres : le spectacle du Secteur Ä à l'Olympia les 22 et 23 mai 1998 fêtait le 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage. Le public peut voir se succéder sur scène les dix artistes qui composaient le Secteur Ä à cette époque chanter leurs tubes respectifs.

En 1999, Doc Gynéco annonce se séparer du Secteur Ä après qu'une histoire d'escroquerie et d'agression à son domicile dont il aurait été la victime soit relatée dans la presse. René Beausir, son père, déclarera lors d'une émission présentée par Karl Zéro que son fils a été victime de séquestration par ses anciens amis et associés. Kenzy, visé par certains médias et qui connaîtra du coup des difficultés à signer des contrats important prévu pour la création d'une chaîne de télévision Secteur Ä, se défendra dans le magazine Get Busy en précisant ne rien avoir à faire dans cette histoire, qui était, selon lui, un conflit entre le manager d'une chanteuse et Doc Gynéco, que ce dernier comptait produire avec sa propre société, Doc Communication, mais à qui il devait de l'argent après la revente de son contrat. Doc Gynéco, lui, deux ans plus tard dans une émission présentée par Thierry Ardisson, déclarera que toute cette affaire n'était que de la « publicité mensongère » pour faire croire au public qu'il risquait pour sa vie. Quoi qu'il en soit l'éloignement avec la plupart des membres du Secteur Ä eu bel et bien lieu tant sur disque qu'au niveau des affaires et, peu de temps après, d'autres têtes d'affiche du collectif en feront de même (à savoir Passi, Stomy Bugsy et Hamed Daye).

Après une année de retraite médiatique paraît en 2001 son deuxième album solo, Quality Street, enregistré à Londres, au Royaume-Uni. Un disque à la poésie intimiste dans lequel il se rapproche encore plus de la variété française, en évoquant son parcours depuis le quartier de la Porte de la Chapelle jusqu'au monde du show-biz, sa nouvelle vie de père de famille et la scission avec son collectif d'origine marquant pour lui la fin d'une époque. Il se présente comme un homme pas encore trentenaire mais « revenu » de ses illusions et qui, grâce au hasard, aurait rencontré le succès presque trop jeune. Devenu solitaire autant par tempérament qu'à cause de déception, son quotidien serait celui d'un fumeur contemplatif et à l'aise à la fois amusé et triste, mais éternellement transcendé par son amour pour les femmes. Comme à son habitude, il invite sur ce disque des artistes et musiciens aux horizons variés : l'actrice Chiara Mastroianni, le rappeur new-yorkais RZA, membre du groupe Wu-Tang Clan, le chanteur français Laurent Voulzy ou encore l'artiste reggae jamaïcain Gregory Isaacs. Le titre Rue Mazarine est dédié à Mazarine Pingeot, la fille adultérine de l'ancien président de la République française, François Mitterrand. Sur les photos de la pochette du disque, signées Jean-Baptiste Mondino, on peut voir ses trois enfants. Désirant à cette période se débarrasser de son pseudonyme, qu'il juge inapproprié à son âge, il a l'intention de signer son disque sous son vrai nom, Bruno Beausir, mais sa maison de disques refuse et c'est simplement son prénom qui est écrit au-dessus de Doc Gynéco sur la couverture de l'album. À contre-courant de l'image plus dure des nouveaux rappeurs à succès de l'époque (Mafia K'1 Fry, Fonky Family ou Lunatic), ce projet différent pour lequel il fera, entre autres, la couverture du magazine Têtu, ne rencontrera pas le succès de son précédent disque. Quelques mois plus tard, Doc Gynéco et Stomy Bugsy enregistrent un album commun baptisé Double Pénétration, qui n'est finalement jamais sorti en raison d'un désaccord entre les maisons de disques respectives des deux artistes à l'époque. Certains morceaux issus de ce projet ont tout de même été intégrés plus tard sur différents disques du Doc.

En 2002, il publie, plus vite qu'à l'accoutumée, Solitaire, un album moins personnel et plus rythmé que le précédent, sur lequel il s'approprie via son style pop-rap différents genres musicaux (funk, zouk ou RnB) et où il invite Matthieu Chedid en tant que guitariste, l'artiste ragga/dancehall Lord Kossity, le rappeur californien Daz Dillinger du groupe Dogg Pound et l'ami des débuts, Stomy Bugsy. Sur le titre éponyme, Solitaire, il se confie sur l'inconfort de sa situation d'artiste encore populaire mais qui désormais ne sait plus ou trouver sa place de rappeur poète dans une industrie qui a changé, en avouant presque se sentir obligé de réduire son discours à un message positif et léger, coincé selon lui entre un rap hardcore devenu tête de gondole mais qu'il juge trop sombre et des tubes simplement dansant qui ne favoriseraient que leurs refrains. Cependant, il obtiendra avec ce disque le prix du meilleur album rap/hip-hop aux Victoires de la musique en 2003.

Alors que son personnage médiatique, qui donne l'image d'un fumeur de cannabis séducteur et décalé, était déjà populaire, il le devient davantage grâce à la parodie qu'en fait l'émission satirique de Canal+, Les Guignols de l'info. À partir de 2002, il commence à répondre aux nombreuses invitations des plateaux de télévision où il paraît omniprésent jusqu'à ce qu'il devienne même un chroniqueur plus ou moins régulier dans l'émission On ne peut pas plaire à tout le monde présentée par Marc-Olivier Fogiel sur France 3. En 2003, il apparaît pour la première fois en tant que comédien dans deux films qui ont pour tête d'affiche son ami Stomy Bugsy : Gomez et Tavarès de Gilles Paquet-Brenner et Le fleuve de Mama Keïta. Puis à la demande de Luc Besson, il compose la musique du générique du film Taxi 3 et apparaît sur le disque de la bande originale. Sa maison de disque décide de sortir Menu Best Of, une compilation qui retrace chronologiquement sa carrière en réunissant ses plus grands succès et qui est agrémentée de trois titres inédits. En 2004, en pleine crise du marché de la musique et en raison des chiffres de ventes de ses disques de plus en plus faibles, la maison de disque Virgin Records met fin à son contrat au bout de dix ans. Pendant cette période, il aura dirigé, un temps très bref, le label Virgin Rue. Puis il apparaît sur la compilation Dis l'heure 2 Ragga Dancehall produit par Passi et enregistre certains morceaux avec ce dernier, Stomy Bugsy et Hamed Daye pour un nouvel album du Ministère A.M.E.R., annoncé sur la couverture du magazine Radikal où ils étaient spécialement réunis, mais finalement le disque ne sortira pas.

En 2006, il publie simultanément les albums Un homme nature et Doc Gynéco enregistre au quartier sur un nouveau label, Exclaim. Sur le premier disque, plus pop, il revisite comme à son habitude différents styles musicaux (ici le rock ou le disco). La Grande Sophie signe le texte du titre Lov, Lov, Lov tandis que Stomy Bugsy compose certains morceaux et apparaît sur Tu mens. À noter aussi que le Doc reprend la chanson L'homme pressé du groupe Noir Désir ainsi que le Ring My Bell d'Anita Ward. Le deuxième album est enregistré dans un studio situé dans son quartier d'origine, le 18e arrondissement de Paris, et il s'y essaie plus particulièrement au reggae. La chanson Josette, sur laquelle apparaît Matinda du groupe Ruff Neg, est un clash contre le rappeur JoeyStarr (NTM). Sur Reurti II, il évoque son licenciement selon lui injuste du groupe Virgin. En même temps que ces deux disques est publié une autobiographie, titrée elle aussi Un homme nature, dans laquelle il raconte son enfance près de la porte de la Chapelle, son parcours et ses conquêtes amoureuses. La même année, il apparaît dans une comédie pornographique intitulée In Bed with Doc Gynéco, produite par Marc Dorcel. Il enregistre ensuite, avec le Ministère A.M.E.R. reformé pour l'occasion, le titre Le temps passe, en collaboration avec Johnny Hallyday, publié sur l'album de ce dernier, Ma vérité. Par la suite, ils seront invités au Festival de Cannes pour l'ouverture des NRJ Music Awards. En 2007 est publié son livre Les grands esprits se rencontrent - Sarkozy et moi, une amitié au service de la France qui est accompagné d'un disque constitué de trois nouvelles chansons. En 2008, il est condamné pour fraude fiscale à 10 mois de prison avec sursis. C'est à la fin de l'année qu'il publie l'album Peace Maker, dont le producteur et arrangeur musical, DJ Mosey, n'est autre que Pierre Sarkozy, fils de l'ex-président de la République française, Nicolas Sarkozy, et membre du groupe Da Cream. Le disque, à l'ambiance très soul et RnB, contient plusieurs duos, dont celui avec le chanteur américain Jimmy Cozier, le rappeur français Philémon ainsi que la reprise du titre Je suis né dans la rue avec son ami Johnny Hallyday.

En 2015, après une longue pause musicale, Doc Gynéco fait son retour sur scène en signant avec Arachnée Production, une filiale de Sony, pour une tournée en France et dans les pays francophones, célébrant les vingt ans de son premier album Première consultation sorti en 1996. Un concert est annoncé à l'Olympia à Paris. Une fois l'annonce de la vente des billets ouverte, le concert affiche complet en à peine trois heures. Un deuxième concert à l'Olympia est alors très vite annoncé pour le 26 mai, qui se verra complet en 48 heures. En raison du succès des deux dates parisiennes, Doc Gynéco annonce une troisième date au Zénith de Paris, le 18 novembre 2016. La tournée connaît un franc succès, la majorité des dates en France étant complètes. En parallèle est publiée, en novembre 2015, une compilation rendant hommage au Secteur Ä, intitulée Affaire de famille. Différents rappeurs de la nouvelle génération revisitent à leurs manières les plus grands titres des artistes du collectif de l'époque. Deux titres du Doc sont repris : Dans ma rue par Black M et L'Homme qui ne valait pas dix centimes par Nekfeu. Le 15 avril 2016 sort la réédition de Première Consultation, une édition deluxe qui est composée de deux disque (ou trois en collector avec un disque des versions instrumentales). Le premier est l'album avec ses 14 titres remastérisés. Le deuxième se compose de 8 interludes, de neufs titres remixé, des versions alternatives, des raretés, des bonus, la reprise de La Bohème et deux titres originaux et inédits Le Mec en vogue et Histoire d'un mec, enregistré à l'époque mais qui n'avaient finalement pas été intégrés à l'album, dévoilés vingt ans plus tard. Un coffret collector, limité à 1 000 exemplaires, est également sorti avec un livre en format vinyle, retraçant l'époque de Première consultation. Il contient des photos, les paroles de l'album, une interview exclusive de 2016 ainsi que deux vinyles et trois CD contenant l'album original, la réédition et les instrumentales. En mai 2016, Doc Gynéco rejoint la maison de disque Island Mercury Records pour un contrat en tant que directeur artistique et dans la préparation d'un nouvel album

En juin 2017, Doc Gynéco sort son premier single single Ça va aller. Un titre très festif et optimiste, dans lequel le clip se déroule en Afrique. Le 1er , Doc Gynéco annonce le projet Liaisons dangereuses 2, qui doit fêter les 20 ans de sa compilation Liaisons dangereuses. Des collaborations avec Orelsan, Damso, Bigflo et Oli, Kaaris, SCH et Nekfeu sont annoncées. En décembre 2017, le rappeur annonce sur les réseaux sociaux que le collectif Secteur Ä, qu'il avait quitté en 1999, se reforme au complet sur scène dans toute la France fêtant le vingtième anniversaire de leurs concerts à l'Olympia en 1998, sous la direction et l'organisation de Mazava Corp, qui était à l'initiative de la tournée L'âge d'or du rap français en 2017.

En , Doc Gynéco publie son nouveau single France, disponible sur toutes les plateformes de téléchargement, qui est le premier titre extrait de son nouvel album intitulé 1.000%36. Dans ce nouveau morceau, mélangeant sonorités africaines et françaises, le rappeur se livre sur sa vision de la France et de sa carrière. Il déclare son amour pour son pays dont il va en faire la promotion sur le talk-show de Yann Barthès, Quotidien, où il chante en direct son titre inédit. Dans le même temps, il dévoile le clip de cette chanson où est notamment présent l'ami du rappeur, Marc-Olivier Fogiel,

En mars 2018, paraît son nouveau single Obscurité qui contient des sonorités dansantes et influencé par la musique africaine. Comme pour les précédents singles de son nouvel album 1.000%, le titre est accompagné d'un clip. Dans cette chanson, Doc Gynéco rend hommage au continent africain, notamment musicalement et appelle à travers ses textes à la paix dans le monde, l'acceptation de la différence et la générosité. Le clip, quant à lui, nous emmène au cœur de l'Afrique, en représentant ce qu'exprime ce nouveau titre. On le retrouve alors au cœur de son studio, avec son équipe, ou encore dans les rues d'Afrique. Le 13 avril 2018, il publie sur les réseaux sociaux le titre Ma fille, quatrième single de son album 1.000% dans une vidéo contenant les paroles de la chanson. Un morceau directement adressé à sa fille dans lequel le rappeur continue d’explorer des sonorités très musicales et entraînantes, toujours plus proche du chant que du hip hop.

Du 26 avril au 27 mai 2018, Doc Gynéco est de retour avec le Secteur Ä pour une tournée événement passant par l'AccorHotel Arena et dans les Zenith de France avec ÄrsenikStomy BugsyPassiNeg' MarronsPit BaccardiMC Janik et Singuila.

Le 27 avril 2018, Doc Gynéco marque son retour après 10 ans d'absence — son dernier album solo en date étant Peace Maker — en publiant son nouvel album 1.000%, enregistré et composé en Afrique.

 

Doc Gyneco - Nirvana

Doc Gyneco - Né Ici Rue Case Nègres feat. MC Janik

Doc Gynéco - Viens voir le docteur

Doc Gyneco - Né Ici

Myth Syzer feat Doc Gynéco et Clara Cappagli - La piscine

Voir les commentaires

Publié le 25 Mars 2018

 

Minsitère AMER - Passi - Stomy Bugsy - Moda - Kenzy - Dj Guetch - Sarcelles

Le Ministère A.M.E.R. (rétroacronyme de « Action, musique et rap ») est un groupe de hip-hop français, originaire de Garges-Sarcelles, dans le Val-d'Oise. Il a été composé de Passi, Stomy Bugsy, Kenzy, Dj Ghetch, Moda, Doc Gyneco et Hamed Daye.

En 1991, le Ministère A.M.E.R. se forme officiellement à Garges-Sarcelles. Hamed Daye, membre fondateur, ayant décidé de prendre du recul, le groupe se recentre sur Stomy Bugsy, Passi et Moda. À cette époque, le Ministère passe pour la première fois sur Radio Nova, accueilli par Dee Nasty et Lionel D, qui leur lance ces rimes improvisées prémonitoires : « Je vous reçois très cool, ne me mettez pas les boules. Un jour vous rapperez devant de grandes foules. »

MINISTERE AMER - TRAÎTRES - Le savoir est une arme - Sarcelles

Toujours en 1991, le groupe signe avec le label indépendant Musidisc et publie le maxi trois titres Traîtres, passé inaperçu. Porté par le slogan « Le savoir est une arme, maintenant je sais », A.M.E.R. se construit une image hardcore et revendicatrice. Traîtres, leur premier single est clippé par M6 pour l'émission RapLine (avec Doc Gyneco), présentée par Olivier Cachin.

 

Le Ministère A.M.E.R. s'impose alors comme un groupe de franc-tireurs gangsta rap par rapport aux leaders de l'époque comme NTM, IAM, et Assassin. Sur la pochette du maxi, Moda est aux côtés de Stomy Bugsy et Passi.

En 1992, Moda quitte le groupe, souhaitant faire du rap moins hardcore. Il donne alors naissance, avec Dan (du fameux magasin Ticaret, importateur de Streetwear des US), au titre Moda et Dan s'ennuient sur la compilation Cool Session de Jimmy Jay. Il semblerait que l'album était finalisé et qu'avec le départ de ModaStomy Bugsy et Passi ont dû réenregistrer l'album en une semaine.

Ministère AMER - Pourquoi tant de haine

Le premier album studio du groupe, Pourquoi tant de haine, est publié en 1992. Il est réalisé par Stomy Bugsy et Passi avec des participations des Novices du vice, du rappeur Cream ou encore de Kenzy sur quelques interludes.

 

Quelques mois après sa sortie, le titre Brigitte, femme de flic fait scandale auprès du Ministère de l'intérieur.

Ministère A.M.E.R - 95200

Le second album studio du groupe, 95200, titre inspiré du code postal de Sarcelles, est publié en 1994 sur le label Musidisc. Il compte trois participations du membre fondateur Hamed Daye, ainsi que deux apparitions d'un nouveau venu : Doc Gyneco.

 

Salué par la critique, l'album compte de nombreux classiques tels que Cours plus vite que les balles, Un été à la cité ou encore Les Rates aiment les lascars qui comporte la première apparition de la chanteuse Assia. 30 000 exemplaires de 95200 sont vendus sans aucune publicité ni promotion.

Néanmoins, le succès du groupe reste confidentiel ; ce n'est qu'en 1995 que le Ministère A.M.E.R. sera reconnu par le grand public. Cette année-là, leur morceau Sacrifice de poulets, extrait de la bande originale du film La Haine, suscite de vives réactions. À la suite de propos tenus en interviews (dans le magazine Entrevue mais aussi dans l'émission Ça se discute), le Ministère de l'Intérieur porte plainte contre le Ministère A.M.E.R. qui est condamné à une amende de 250 000 Francs. 

À partir de 1996, le Ministère A.M.E.R. cède la place aux activités solos de ses membres et affiliés : Stomy Bugsy, Passi mais aussi Doc Gyneco. Les deux leaders du groupe connaissent un vrai succès public. Stomy Bugsy réalise deux albums solos (Le Calibre qu'il te faut et Quelques balles de plus) qui se vendent à plus de 300 000 exemplaires. Quant à l'album solo de Passi, Les Tentations se vend à plus de 400 000 exemplaires.

 

En parallèle à ces succès, ils créent le collectif Secteur Ä avec leur porte-parole Kenzy et leur manager Frédéric Bride. L'album Rue Case Nègres des Neg'Marrons est publié en 1997, ou encore l'album Quelques gouttes suffisent... d'Ärsenik en 1998.

Depuis 1998, les membres du Ministère A.M.E.R. annoncent régulièrement un retour imminent du groupe. Pourtant, cet album ne se concrétisera pas. En 2000, Passi, Stomy Bugsy et Hamed Daye lancent un nouveau groupe, le Plan B. En tout, quatre titres de cette formation seront inclus sur différents albums et compilations, mais l'album annoncé ne verra jamais le jour.

 

Ministère AMER - Radikal

En 2002, Stomy Bugsy et Passi évoquent à nouveau ce serpent de mer. Un titre (On devrait) est même diffusé en radio mais cette annonce n'est pas suivie par un retour du Ministère A.M.E.R. En 2004, les quatre membres illustres (Hamed Daye, Passi, Stomy Bugsy et Doc Gyneco) font la couverture du mensuel Radikal et confirment travailler sur un nouvel album. Mais de ces sessions, seul le titre Le Colis sera diffusé sur Internet.

 

Depuis 2005, le nom Ministère A.M.E.R. est utilisé pour plusieurs morceaux réunissant les rappeurs du groupe sur des compilations hip-hop (Illicite Projet, l'album des Sales gosses, une suite de Sacrifice de Poulet avec le groupe K.ommando Toxic). Leur dernier morceau en date est le titre Bienvenue au Far West sur l'album Choc thermique de Papillon Bandana.

En 2006, Doc Gyneco, Stomy et Passi collaborent avec Johnny Hallyday sur un morceau intitulé Le Temps passe. Ce single est une collaboration unique en marge du Ministère A.M.E.R. Le clip montre Johnny Hallyday (dit Le Parrain) et le Ministère A.M.E.R. emprisonnés pour braquage de banque. Le Temps passe fait référence au temps que passent les compères en prison. Doc Gyneco sort le premier, Passi et Stomy Bugsy sortent peu après tandis que Johnny sort en dernier et retrouve ses amis sur un port et les invite dans son avion.

Ministère AMER - Twitter (Stomy Bugsy)

En 2014, Stomy Bugsy annonce sur son Twitter le retour sur scène du Ministère A.M.E.R.

En 2017, Passi et Stomy Bugsy remontent sur scène pour la tournée de l'âge d'or du rap français avec entres autres Busta Flex, Ärsenik, Expression Direkt, Ménélik, X-men, 2 bal 2 neg, Assassin, Les sages poètes de la rue, les Neg marrons, Pit Baccardi...

L'année suivante, en 2018, le groupe remonte sur scène pour la tournée nationale du secteur Ä avec Doc Gyneco, Ministère Amer (et les solos de Stomy Bugsy et Passi), Ärsenik, Singuila, Mc Janik, les Neg marrons et Pit Baccardi .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 24 Mars 2018

Secteur Ä

Le Secteur Ä (contraction de secte Abdulaï, qui fait référence à un personnage d'un film Double Détente et le surnom de la cité Valéry, un quartier de Sarcelles) est un collectif hip-hop français créé par les membres du Ministère A.M.E.R. et dont le leader et patron était Kenzy. La plupart des artistes présents à la base venaient du Val-d'Oise (Garges-lès-Gonesse, Sarcelles ou Villiers-le-Bel). En ont fait partie : Passi, Stomy Bugsy, Doc Gynéco, Ärsenik (Lino et Calbo), Neg' Marrons (Jacky, Ben J et Djamatik), Hamed Daye, MC Janik et La Clinique.

 

Secteur Ä - Kenzy, Passi, Stomy Bugsy, Doc Gyneco

Entre 1995 et 1998, les artistes du Secteur Ä ont vendu beaucoup de disques. Les 22 et 23 mai de cette année 1998 ont été données deux soirées avec les membres de ce collectif, réunis au grand complet pour l'occasion en donnant deux concerts à l'Olympia, en l'honneur du 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage. La même année, paraît le premier album du Secteur Ä, "Live à l'Olympia", il s'agit de l'enregistrement du concert. Cet album live a été certifié double disque d'or.

Le secteur Ä - Doc Gyneco, Stomy Bugsy, Passi, Neg Marrons, Janik, Hamed Daye et Arsenik - Live à l'Olympia

 

Le Secteur Ä Concert Olympia Passi Doc gyneco Arsenik Neg marrons...

En 1999, Pit Baccardi, rappeur du 19e arrondissement parisien, les a rejoint. Puis après le départ des chanteurs les plus connus (Passi, Stomy Bugsy, Doc Gynéco), les artistes restants se sont soudés en un nouveau groupe, Noyau Dur (Pit Baccardi, Jacky & Ben-J, Ärsenik). Enfin, d'autres sont arrivés comme Futuristiq (Qrono & Nubi), Fdy Phenomen, Quartier Latin Académia ou encore Singuila (chanteur de R'n'B).

La société d'édition du Secteur Ä n'existe plus. Elle a été placée en liquidation judiciaire le 9 septembre 2005. À la suite de la sortie de son album Révolution, en 2007, Passi annonce un possible retour du Secteur Ä en réunissant les membres du groupe sur le morceau Pas 2 limite.

En 2017, le Secteur Ä annonce sur les réseaux sociaux que le collectif se reforme au complet pour une tournée événement dans toute la France, d'avril à mai 2018, fêtant le vingtième anniversaire de leurs concerts à l'Olympia en 1998, sous la direction et l'organisation de Mazava Corp, qui était à l'initiative de la tournée L'âge d'or du rap français en 2017.

 

Secteur Ä en concert dans toute la France - Ministère A.M.E.R., Doc Gyneco, Arsenik, Passi, Stomy Bugsy, Neg'Marrons

En 2018, le Secteur Ä fait son grand retour pour une tournée événement qui se déroulera dans toute la France réunissant le Ministère AMER, Ärsenik , Doc Gynéco, Stomy Bugsy, Passi, Neg' Marrons, Pit Baccardi, MC Janik et Singuila, soit 20 ans après leur concert à l'Olympia en 1998.

Arsenik - Affaires de famille

Noyau Dur - Departements

Voir les commentaires

Repost0